Actualité, Sermocination

Le matin dimanche, l’interview de Rosette Poletti

Rosette Poletti, comment allez-vous ?

Tout me fait chier. Excusez mon langage, mais ce semi-confinement commence à me taper sur le système, et je dois exprimer mes frustrations. J’écris des bouquins là-dessus, donc je sais de quoi je parle : c’est monstre important de pouvoir mettre des mots sur le ressenti, et là tout me fait chier. J’ai failli refuser votre demande d’interview, mais puisque vous avez accepté de venir chez moi, je me suis dit que ça me ferait un peu de compagnie. Vous en voulez ? (elle me tend un joint)

Non, merci.

Tant pis. Vous voyez, j’ai même recommencé à fumer de l’herbe. C’est du CBD, ça me détend à mort. Pourtant j’en connais, des moves de relaxations et des techniques pour profiter du moment présent, ça fait bientôt trente ans que je donne des conseils tous les dimanches dans votre journal. Mais là, j’ai replongé…

Replongé dans quoi ?

(Elle exhale trois ronds de fumée) Dans ces putains de réseaux sociaux… Je m’en veux à mort. Je me limitais à 10 minutes de Facebook par jour, c’était juste pour quelques vidéos de chats et les blagues de Wiesel… Et puis ces derniers temps j’ai des copines qui forwardent des vidéos complotistes, ça me donne envie de balancer mon smartphone par la fenêtre !

Des vidéos complotistes ?

Mais oui ! Tal Schaller, Crévecoeur, Casasnovas, Trotta, quatre hurluberlus qui ont publié une « Alerte à la santé » sur Youtube. Et mes potes relaient ce tissu de mensonges, d’imprécisions, d’infox. J’aurai préféré du Noam Chomsky ou un lien vers Normand Baillargeon… Vous savez ce qui m’a convaincu une bonne fois pour toute de l’inexistence d’un complot mondial ?

Non…?

C’est Chomsky, justement : il expliquait dans son bouquin – voilà, je l’ai sur ma bibliothèque, Understanding Power, c’est une collection d’essais sur les rapports de pouvoirs dans le monde occidental. Il écrit très bien à ce sujet : il y a effectivement des puissances économiques qui font de la planification, le G8, l’OMC, des arrangements entre trusts et multinationales, tout ça; mais on peut difficilement parler de complot pour définir ces réunions. Enorme nuance : les gens s’imaginent que de mystérieux illuminatis en toges blanches ont des réunions hebdomadaires dans des cryptes franc-maçonnes pour décider de l’avenir du monde. C’est pas du tout comme ça que ça se passe. C’est plutôt un faisceau d’intérêts capitalistes qui convergent vers le même objectif. On croit que c’est coordonné, mais en fait c’est juste des PLR un peu malins qui lancent le monde dans la même direction.

C’est vrai qu’il y a une résurgence des théories du complot. Le Temps a même fait un article – à contre-coeur – là-dessus samedi 9 mai.

Mais oui, c’est nawak ! Les gens font des délires sur la 5G, les vaccins, la Terre Plate ou les hedge funds de Soros qui financeraient Greta. On nage en plein délire ! Je comprends parfaitement le besoin de fictions, mais Netflix est là pour ça… Payez-vous un abo, guys ! Je me rends compte que je suis peut-être un peu molle dans mes séminaires. Je parle de libération de la parole et de communication non-violente, mais il faudrait aussi que je parle de coups de pied au cul. Les gens s’empâtent dans des silos de pensées. Je m’en roule un deuxième, vous êtes sûr que vous n’en voulez pas ?

Non, merci.

Et ces théories conspirationnistes, c’est surtout des totems pour se rassurer. Les gens sont déjà bien foncedé psychiquement avec leur rythme de vie, mais là avec le confinement, ils partent en vrille comme des vésuves au 1er août. J’ai des appels pour des hallucinations, des apparitions de la Vierge, des combustion spontanée, je vous jure que des fois j’ai l’impression de vivre dans la filmographie de John Carpenter… Pourtant, à la base, je fais du développement personnel et de l’accompagnement au deuil. Mon fonds de commerce, c’est plutôt la paysanne vaudoise qui est snobée par son mari, la présidente du Lion’s du village de la Côte qui a de la peine à s’affirmer, ce genre de truc. Mais là je commence à avoir un bon aperçu du problème global.

La 5G ?

Pas du tout. Le gros problème, c’est le système éducatif. D’un côté, les ados n’ont aucun esprit critique, ils n’arrivent pas à trier les informations et à juger par eux-mêmes. Et de l’autre, ils ont tellement bien intégré les schémas de compétition qu’ils se sentent forcés de prendre parti pour une tribu plutôt qu’une autre. Résultat, vous avez des jeunes adultes qui se sentent obligés d’entrer dans tout le paradigme de croyance de leur groupe de référence. Je connais des valaisannes, anciennes catholiques, qui ont été déçues par leur église et qui deviennent persuadées que Constantin cache des OVNIs dans les vestiaires du stade de Tourbillon. Les gens gobent tout, mais ne croient plus en rien.

Vous verriez une solution ?

Vous êtes sûr que vous ne voulez pas une taffe ? La solution ? C’est une revalorisation de l’école. On devrait voir l’éducation de nos enfants comme un long processus de maturation pour aboutir à des citoyennes réellement critiques.

Oui ?

Vous avez entendu ? J’ai dit « citoyennes ». Je m’exprime à la forme féminine, parce que je pense que le monde du futur devra compter davantage de Simone de Beauvoir que des Marc Bonnant. Ha ! Prends ça dans ta face, le patriarcat ! (Elle fait des fucks en l’air) Mais pour en revenir à l’école, les milieux économiques poussent les enseignantes à former de gentilles cadres dynamiques qui savent appliquer des recettes pré-mâchées. Ça allait peut-être dans les années 90 quand tout allait bien. Mais la crise écologique, le problème des migrants et la montée des nationalistes, on va pas le résoudre avec un quiz à choix multiples. Il nous faut des créatives critiques, capables de bosser ensemble.

Rosette Poletti, merci.

Merci à vous. De pouvoir en parler, ça m’a fait du bien. Je crois que je vais rester un peu à glandouiller devant la téloche. Il faut que je me vide la tête. Vous voulez rester pour un épisode de Tiger King ?

Par défaut
Actualité, Choses politiques

Le matin dimanche, l’interview de Guy Parmelin

Guy Parmelin, comment allez-vous ?

Assez crevé. Les gens se rendent pas compte, mais au Conseil Fédéral (CF) on bosse plus de 60 heures par semaine. C’était le cas auparavant pendant les sessions parlementaires, mais avec la pression de la crise du Corona, ça devient très lourd. Ma femme m’a encouragé à prendre des vitamines, ça va un peu mieux mais ça reste chaud les ballons.

Est-ce qu’on peut se tutoyer, en fait ? Vous connaissez mon père, Robert Richardet.

Oui, oui, pas de problème. De toute manière les citoyens ne respectent plus grand-chose. C’est pas contre toi, hein : je dis ça parce qu’on reçoit des critiques super agress’ sur la manière de gérer le pays, comme si les citoyens ne mesuraient pas l’ampleur du truc et que tout le monde pouvait s’improviser épidémiologiste. Pour dire la vérité, il y a aussi des moments où je pige que dalle. J’essaie de faire confiance à Koch et Berset, il faut savoir déléguer. Moi je m’occupe de l’économie, c’est déjà un monstre pavé; alors si en plus on se chope des insultes, je suis à deux doigts de retourner soigner mes vignes. Merde à la fin (main sur visage), euh non je voulais pas dire merde (sourire gêné).

Je te sens un peu vénère.

Je te donne un exemple : on commence à avoir des lettres de petits indépendants qui sont au bord de la ruine. Ils ont rien vu venir, ils découvrent qu’il y a un vide dans les aides possibles; je comprends bien qu’on puisse rien faire avec 20 balles par jour d’APG (Allocations Perte de Gain), mais qu’est-ce que vous voulez que j’y fasse, moi ? D’un autre côté j’étais en visioconférence avec le boss de Lufthansa qui menaçait de lâcher Swiss. Et ensuite les écolos tambourinent à ma porte avec des contraintes à mettre à l’aviation. Comme si c’était le moment de parler de contraintes ?

Mais reconnais-le, la crise serait une opportunité pour tout renégocier, non ?

Mais renégocier quoi ? Je le vois bien qu’on a un système de marde, avec deux poids deux mesures à tous les niveaux : en fait, si tu veux mon avis, cette crise est en train de dénoncer les inégalités économiques, et les gens préféreraient ne pas le savoir. On avait le déni climatique, désormais on a le déni économique. Hop un virus, et tout à coup les gens s’intéressent à la politiques ? Le péquin moyen – sans mauvais jeu de mot – (rires), il veut surtout aller au boulot normalement, boire son café normalement et regarder la télé normalement, sans trop se cultiver politiquement. Les gens aimeraient que tout redevienne comme avant. Mais même moi, en tant qu’UDC, j’y crois pas une seconde.

C’est quoi, ton projet de société pour la suite ?

Franchement, j’en sais trop rien. J’imagine qu’il va falloir lâcher du lest sur le Salaire à Vie. Pendant les vacances de Pâques, j’ai lu Bernard Friot, et je commence à être convaincu que c’est une solution qui peut nous sortir de l’ornière. En plus, j’ai vu qu’il a écrit d’autres bouquins sur l’abolition de la dette, je suppose que ça pourra nous être utile. Les gens ne réalisent pas à quel point la crise qui nous attend va dépasser celle de 2008. Il y a douze ans, on avait sauvé l’UBS un peu sous la table; de toute façon, dès que ça dépasse le million, la plupart des gens ne comprennent plus comment ça fonctionne en économie. Heureusement, parce que sinon on aurait tout le monde dans la rue, malgré les règles de distanciation ! (rires)

Mais du coup, ton projet de société ?

Je sais que ça va en choquer plus d’un au parti, mais je pense que les jeunes écolos ont raison : on va droit dans le mur depuis les années 1990 avec cette histoire de développement durable. Ça ne peut pas fonctionner. J’en causais avec Caro [son épouse, NDLR] l’autre jour : les gens sont déconnectés de la nature, ils sont stressés par un modèle hyper-compétitif et patriarcal… Alors oui, je sais bien que je ne suis pas dans le bon parti pour exprimer ça, mais j’ai envie de dire qu’il faut nous reconnecter à la nature, à la terre, au service agricole…

C’était ça, l’idée malheureuse derrière l’expression d’oreiller de paresse ? Se remettre à travailler aux champs ?

Rha là là, cette bourde qui a fait les choux gras des petits comiques… J’ai été très mal compris, mais l’idée c’était d’encourager les gens à cultiver leur propre jardin, au sens Voltarien mais aussi au sens propre : d’un côté, j’ai des amis maraîchers qui peinent à trouver de la main-d’oeuvre, et de l’autre j’ai des gens au chômage technique. Si les gens se sortaient un peu plus les pouces du derche, on aurait une utopie écolo-locale sur un plateau !

Et le monde d’après, justement ?

Economiquement, je pense qu’on va tenir, parce qu’on a quand même des putains de belles réserves (sic). Mais c’est financièrement où on va s’écharper sur les dettes : faut-il les annuler ou pas, réclamer un intérêt sur les prêts à intérêt zéro, tout ça j’y crois pas trop. Si on suit ce que qu’écrit David Graeber (et tout le monde devrait lire Graeber, il devrait être au programme scolaire, bordel à cul !) (sic), on devrait aller vers un jubilé de la dette, point barre. Là, avec les plans d’endettement on va léguer le résultat d’une grosse dépression à nos enfants. Qui parierait sur un tel système ? C’est criminel de faire porter aux suivants le poids de nos fautes. Si avec mon frangin j’avais dû racheter les vignes de mon père, je travaillerais encore à la rembourser en tirant la langue. La dette, c’est très virtuel. C’est qu’un truc pour se chamailler.

Un dernier mot pour la fin ?

Puisqu’on me donne une tribune pour m’exprimer – enfin – librement, j’aimerais dire deux choses : 1) la première c’est que je m’excuse platement pour ma malheureuse expression d’oreiller de paresse. J’ai merdé, je reconnais. J’y ai beaucoup réfléchi à cette bourde. Je pense que c’est le résultat d’une partie de moi, de mon conditionnement d’homme de la terre qui doit bosser pour faire fructifier les affaires. Ça ressort de temps en temps et c’était au mauvais moment. Bien sûr que je ne veux pas dire que les indépendants sont des paresseux, loin de là. C’était une frustration qui est ressortie de manière délicate, et si je pouvais retirer cette parole, je n’hésiterais pas à dégainer mon sécateur (sourire).
2) La deuxième chose, c’est qu’il faut arrêter de critiquer l’action du CF pendant cette crise. Ça nous mine en tant qu’êtres humains. Dites-vous bien qu’avec ce virus, personne ne sait vraiment de quoi il parle. On est dans une situation inédite où les médecins s’agitent en racontant tout et son contraire. En écho, pour parer à la crise économique, les experts de la finance racontent tout et son contraire. Au CF, on est conseillé par des dizaines d’experts qui compilent des milliers de rapports. Ensuite Daniel Koch lit tout ça, nous fait un digest et nous donne son avis. Koch, c’est une putain de machine, le mec fait du canicross et porte un sac à dos à coque, je vois mal à qui je pourrais faire davantage confiance : les mecs savent ce qu’ils font. Alors vos petites piques sur Facebook, ça va un moment mais à la longue c’est blessant. Voilà. Et Santé ! (rires) (et ouverture d’une troisième bouteille de Gamaret)

Par défaut
Actualité, écologie, Décroissance

Naïveté stratosphérique

On ne présente plus Bertrand Piccard : grand aérostier pour montres de luxe, orateur à 30’000 francs la conférence, chantre de la « croissance qualitative », explorateur, psychiatre, analyste-comptable, taxidermiste, joueur de pipeau… Il était invité hier soir dans l’émission Antivirus. Je terminais mon dessert en attendant le TJ, et tout à coup je m’étrangle :

« Le monde est capable de s’arrêter net […] C’est un moment isolé, pris dans le temps où on s’arrête pendant un moment, mais si on s’arrête trop longtemps, c’est des souffrances, c’est des gens au chômage, c’est des entreprises qui font faillite, c’est la preuve que la décroissance fait souffrir énormément de gens. »

Bingo ! Vous voilà tombé dans le même piège que Frédéric Mamaïs il y a deux semaines. Vous venez de gagner un article sur mon blog : à mieux y regarder, tout l’entretien planait dans des stratosphères de candeur et de malhonnêteté intellectuelle.

Nouveau monde, vieux arguments

Le journaliste (Alexis Favre, navigant entre politiquement correct et provocation insipide) présente son invité comme un « Explorateur-psychiatre ». Il commence avec des questions sur la gestion de la crise au niveau individuel et collectif. C’est d’abord la casquette de psychiatre que Piccard enfile (en même temps que quelques perles) :

« Quand on entre dans une crise, la première réaction qu’on a, c’est d’essayer de revenir à un stade antérieur. […] Accepter la crise, c’est une aventure. [Mais là,] ce qu’on voit, c’est qu’on essaie de refuser l’aventure. On essaie de remettre en place le système de consommation et de gaspillage. »

Ça part plutôt bien. Il y a même une référence involontaire au Voyage du Héros de Joseph Campbell : au début de l’histoire, le héros transite toujours par une phase de refus de la quête, du refus de l’aventure. Je m’attends donc à quelques envolées dramaturgiques, une musique de science-fiction, une apparition de Star Trek, d’autant que Piccard est prompt à la voltige :

« Ce qu’on devrait faire au contraire, c’est construire un monde nouveau, un monde différent. […] Un monde basé sur les énergies renouvelables, sur l’efficience énergétique, sur les technologies propres, sur le recyclage des déchets, sur le respect de la nature. »

Bam. Crash. Zut. Au moment où je pensais que l’explorateur allait ouvrir la voie d’un nouveau monde, le voilà qui s’écrase sur les écueils du développement durable. À cette altitude, il me faudrait un article de la taille d’un boeing pour étayer convenablement chaque argument, mais je la fais courte :

a) La transition vers des énergies renouvelables (à consommation équivalente) pose d’énormes problèmes de coûts et de capacité de stockage. Jancovici a longuement fait le point sur l’exemple français, et – spoiler alert – il faut être ouvert au nucléaire..

b) L’efficience énergétique ferait rêver si elle voulait dire « gaspiller moins ». La réalité, c’est que plus les gens croient faire des économies, plus ils se sentent légitimes pour consommer davantage de ressources. C’est le fameux « effet rebond », qui devrait être enseigné dès demain dans les classes enfantines (comme ça on peut jeter l’idée de développement durable à la poubelle).

c) Les technologies ne sont jamais vraiment « propres »; c’est un jeu de langage. Au contraire, les nouvelles technologies sont généralement plus « sales » que les anciennes, preuve en est de l’excellent travail de Guillaume Pitron sur la scandaleuse pollution, consommation et pénurie à entrevoir dans la guerre des métaux rares.

d) Le recyclage des déchets, on le fait déjà avec un certain succès, certes. En Suisse, il nous a fallu 35 ans pour passer de 25% à 50% taux de recyclage, mais le processus de recyclages engendre aussi des pertes (et l’absorption de nouvelles ressources).

e) Le « respect de la nature ». La récente lecture d’Alessandro Pignocchi m’a ouvert les yeux sur notre conception fondamentalement biaisée du principe de nature; je cite le texte en fin de l’excellente BD Mythopoïèse : « Notre concept de nature met à distance et objectifie les êtres qu’il désigne. Par conséquent, les questions écologiques sont d’abord des chiffres qui peuvent être oubliés dans la minute. » Disciple de Philippe Descola, Pignocchi détaille longuement cette relation de « sujet à objet », comme si la nature-propriété avait besoin de notre protection et de notre « respect ». J’aimerais quand même vous rappeler, M. Piccard, que l’Australie a cramé pendant six mois, que la biodiversité s’effondre à tout va, que les émissions de CO2 augmentent constamment depuis 1970. « Respecter » la nature en tant qu’objet ne servira à rien d’autre que nous faire passer pour de stupides conquistadors aux yeux des arbres et des animaux. C’est la même erreur que de dire qu’il faut « sauver la planète ». La planète se sauvera très bien toute seule. La lutte écologique, c’est sauver les conditions de vie sur la planète (c’est égoïste et c’est tant mieux).

Plus loin dans l’entretien, l’explorateur-businessman poursuit ses loopings rhétoriques pour revenir à son point de départ : quelques considérations économiques surannées.

« Et ce [nouveau] monde est rentable financièrement, parce qu’avec tout ce qu’on économise comme gaspillage (sic), on peut payer l’investissement. […] Il faut essayer de montrer qu’aujourd’hui, un autre monde est possible. Et c’est pas un monde utopique. C’est pas du tout un monde où on arrête l’économie, où on arrête les transports, et où on voit que le CO2 diminue mais que des millions de gens sont au chômage. […] Ce qu’il faut c’est créer des emplois, faire du profit industriel, en remplaçant tout ce qui pollue par ce qui protège l’environnement. »

Il avait bien commencé, Piccard. J’aimais bien ses théories de « nouveau monde à inventer ». Là, il est reparti comme dans les Trente Glorieuses, il fait du rase-mottes avec des gros mots : investissement rentable, chômage à éviter, profit industriel… On dirait un cours de macroéconomie des années 50, mais le type nous présente ça comme le dernier cri de la réflexion postmoderne. Il s’empêtre dans du greenwashing en essayant de renouveler le vocabulaire. Le mec, c’est un Cherche Et Trouve du capitalisme : usé, écorné et poussiéreux dans les mains d’un économat vieillissant.

Après, il sait quand même faire sa pub. Piccard lâche un couplet pour que les gouvernements mettent en place un cadre légal pour favoriser l’innovation et la transition vers les technologies comme par exemple – au hasard, hein – Solar Impulse. Palme d’Or du Festival de product placement. Imposture solaire.

Crash argumentatif

Enfin, il largue la phrase qui a provoqué cet article :

« Le monde est capable de s’arrêter net […] C’est un moment isolé, pris dans le temps où on s’arrête pendant un moment, mais si on s’arrête trop longtemps, c’est des souffrances, c’est des gens au chômage, c’est des entreprises qui font faillite, c’est la preuve que la décroissance fait souffrir énormément de gens. »

Cher Bertrand, je vous prie de lire mon dernier article (en même temps que le Que Sais-Je sur la décroissance de Serge Latouche) pour comprendre que la décroissance n’est pas du tout le renoncement à l’économie de marché, ni au confort, ni au respect, ni au travail, ni à l’intégrité physique. Si vous poussez la lecture jusqu’à Georgescu-Roegen, vous comprendrez que la croissance, qu’elle soit verte, qualitative, humaniste ou jambon-beurre, ça reste une croissance infinie. Mauvaise nouvelles : notre planète a des ressources en quantité limitée. Un gosse de douze ans peut comprendre ça, peut-être même qu’un môme de huit ans peut piger le truc, allez, j’ose même faire l’hypothèse que mon chat capte un peu le principe, bref : croissance et écologie sont incompatibles sur le long terme.

Le reste de l’entretien n’amène rien de nouveau : le psychiatre s’émeut des dessins d’une petite confinée de 7 ans qui dessine des coeurs sur le béton, il compare notre confinement de trois semaines avec ses 20 jours dans la capsule de Breitling Orbiter (on devine qu’il n’élève pas trois gosses dans un 90m2) et il fait des jolies théories sur le safe-space et l’auto-hypnose.

Lueur d’espoir vers la fin : Bertrand nous parle de la valeur de l’acceptation de notre condition de confiné, une attitude « à distinguer du fatalisme ». C’est beau, et je souhaite à notre aventurier national d’explorer l’effet-rebond, la loi entropie et l’anthropocène dans toute sa complexité, pour faire prendre à ses arguments un peu plus d’altitude.

Par défaut
Actualité, écologie, Décroissance

La décroissance pour les Nuls

La « décroissance ». Un drôle de mot s’invite dans le débat autour de la Coronacrise. Il fallait avoir l’esprit critique plutôt bien réveillé pour écouter les bêtises de Frédéric Mamaïs dans la capsule « Alter Eco » sur les Matinales de la RTS. (19 mars 2020 à 7h43)

« Décroissance et coronavirus ne font pas vraiment bon ménage. Quand survient la crise, une minorité a de quoi se mettre au vert; d’autres se confinent dans leur appartement. D’autres, faute de choix, travaillent et s’exposent toujours aux risques. » 

Le mot-obus est largué : la décroissance. Comme si la situation actuelle de privations, de confinement, de panique et de pénurie pouvait se résumer à un concept d’écologie politique qui a 50 ans. Sous-entendre que nous vivons un épisode de décroissance, c’est confondre atterrissage en douceur vs. crash aérien, mélanger caresse érotique vs. mandale de Jean-Paul Belmondo, ou penser qu’un jeûne volontaire à Crêt-Bérard équivaudrait à trois semaines de survie à la Brévine (sans biscuits militaires).

Les honnêtes travailleurs « faute de choix » que défend M. Mamaïs seraient-ils subitement esclaves d’un système néo-libéral ? Etrange paradoxe, vous ne trouvez pas ? Tandis que le capitalisme prône la libéralisation, le libre-échange et la liberté de jouir avec forfait illimité, tout à coup on se rend compte que des mecs sont obligés d’aller bosser pour sauver l’économie ?

Et au risque de vous mettre le nez dans le caca comme un matou castré qui a fauté contre l’armoire du salon, j’aimerais bien que le système néo-libéral prenne ses responsabilités face à cette crise sanitaire : qui a découragé les taxes sur le trafic aérien pour sauvegarder le tourisme ? Qui a mis sous pression les systèmes de santé pour encourager la rentabilité ? Qui a tardé à mettre en place des mesures drastiques de confinement pour sauvegarder l’économie ? Greta, peut-être ?

Je pourrais continuer la liste des errements du capitalisme (la crise des migrants et l’effondrement du cours du pétrole, on en parle ?), mais je sais qu’un débat partisan ne mènerait à rien. Dans le combat contre le coronavirus (et contre le réchauffement climatique, d’ailleurs), je ne pense pas qu’il y ait des purs et des mécréants. Nous avons un ennemi commun, et c’est le moment de croire à la diversité des moyens et la convergence des luttes. C’est donc une bassesse rhétorique, M. Mamaïs, que de comparer la crise actuelle avec un exemple de décroissance collectivement souhaité.

Quand vous sortirez de confinement et que vous pourrez de nouveau fréquenter une bibliothèque, vous emprunterez le Que Sais-Je : La Décroissance de Serge Latouche. En 125 pages, vous apprendrez que le projet de la décroissance est plus complexe que cuisiner des pâtes au Maggi en matant Chernobyl sur Netflix (en SD).

La décroissance, c’est « implicitement ou explicitement revenir à un niveau de la vie matérielle compatible avec la reproduction des écosystèmes » (p. 9). « La conception de la rupture d’avec la société de croissance, et donc la sortie du productivisme, peut prendre la forme d’un « cercle vertueux » de sobriété en 8 « R » : réévaluer, reconceptualiser, restructurer, relocaliser, redistribuer, réduire, réutiliser, recycler. Ces huit objectifs […] sont susceptibles d’enclencher une dynamique vers une société autonome de sobriété sereine, conviviale et soutenable » (p. 51).

Bien loin de « revenir à la bougie » et de manger du chou-rave bio dans des appartements froids, un système décroissant est tout à fait possible à condition d’imaginer une transition vers ce nouveau système, qui reste à conceptualiser, négocier et définir. Quel beau défi, finalement ! Avec optimisme, nous pourrions rêver une alternative (n’en déplaise à Karin Keller-Suter) à ce monde thermo-industriel, enchaîné à la logique du travail, gangréné par la compétition et pétri d’inégalités.

Frédéric Mamaïs, je suis bien navré de donner l’impression que je ne vous apprécie guère. En fait, je vous aime bien, et c’est juste que le confinement m’offre 5 heures pour vous rédiger une réponse, qui j’espère servira aux nombreux journalistes qui critiquent la décroissance en s’arrêtant au seul sens littéral. La lecture de Latouche éviterait bien des chroniques imprécises (p. 11) :

« S’il est indéniable que, pour tous les objecteurs de croissance, il faut retrouver une empreinte écologique soutenable, […] ne retenir qu’une conception littérale de la décroissance présente le grave inconvénient de permettre à ses adversaires de la délégitimer à bon compte. En particulier parce que se déclarer radicalement contre l’idée même de croissance, qui est pourtant un phénomène naturel, n’est plus seulement iconoclaste, mais franchement absurde. Il importe dès lors d’insister sur la différence entre les organismes naturels et l’organisme économique [c’est Latouche qui souligne], qui n’a rien de naturel et qui prétend échapper au déclin et à la mort, ainsi qu’aux conséquences de son insertion dans l’écosystème planétaire, et donc à la deuxième loi de la thermodynaique, la loi de l’entropie… »

J’ose rêver que les élèves en train de subir l’école à distance pourront se renseigner sur le problème des limites planétaires et de l’effet rebond. Après avoir saisi ça, un enfant de 10 ans peut comprendre que notre système est intenable. J’espère aussi que les enseignants de français mettront les bouchées double en analyse argumentative, pour armer les citoyens de demain à pourfendre les paralogismes (qui suivent la courbe des cas diagnostiqués).

L’argument d’autorité, par exemple : vous citez Paul Ariès dans votre chronique-vidéo. En premier lieu, Paul Ariès n’est pas le seul maître à penser du mouvement de la décroissance; s’il se refuse à vouloir « ni plan de relance, ni plan de rigueur », c’est bien parce que nous sommes au plus fort de la crise : comment faire des pronostics sur l’évolution de la situation économique, dès lors qu’on ne sait même pas si ma grand-maman pourra sortir de chez elle la semaine prochaine ?

L’homme de paille, ensuite. Vous vannez Extinction Rébellion et le tweet vengeur contre les boomers. Mais mettez-vous à leur place : comment résister à cette brillante métaphore d’un virus qui purifie l’air chinois, cloue les avions Swiss au sol, épargne la jeune génération et tue les vieux ? Quand vous vivez continuellement la frustration de la lutte écologique se brisant face aux murs du pouvoir, il est compréhensible (quoique regrettable) de se laisser aller à un peu d’humour noir.

Le faux dilemme, enfin : vous recourez au bon vieil argument du Capitalisme Sauveur, celui qui a permis « de sortir un demi-milliards d’êtres humains en une génération […], de faire émerger la scolarité, l’éducation dans des pays jusqu’ici laissés pour compte« . C’est ignorer à quel point les mouvements sociaux du XXe siècle ont dû batailler ferme pour sauvegarder les communs; c’est occulter l’indigne néocolonialisme industriel dans les pays du tiers-monde; c’est passer sous silence l’idée que le « progrès » amène du bon ET du mauvais. Avec le progrès, on fait des meilleurs traitement contre le cancer ET on délocalise la pollution en exploitant les terres rares de Mongolie.

Vous terminez avec une question rhétorique : « Privés d’école buissonnière, les élèves grévistes appelés à la rescousse par Greta Thunberg entendent cette injonction : poursuivre la lutte sur les réseaux sociaux ! Jeunes, moins jeunes, que serions-nous finalement en ce moment sans les géants numériques et notre connexion Internet ? »

Que serions-nous, effectivement ?
Oh, ce serait lamentable : nous serions en train de parler à notre voisin de palier à 2 mètres de distance, nous resterions isolés à lire un roman dont on repousse la lecture depuis 3 mois. Nous serions en train de paresser, dessiner, cuisiner, faire de la musique, méditer, rêvasser, jardiner et faire l’amour.
L’enfer sur terre…

Par défaut
Actualité, écologie, Choses politiques, Décroissance

Le Forum des Indécents

Attention spoiler : c’est Cersei qui gagne à la fin.

Dès que j’avais entendu parler du thème du Forum des 100 de cette année (« Transition Ecologique : le temps de l’action), je m’étais dit que je pouvais probablement aller occuper des chaises vides et filer une paire de claques par là-bas pour tenter de déstabiliser le pouvoir et faire entendre la voix de la décroissance. C’étais sans compter un coup de téléphone d’Alain Jeannet, il y a trois semaines :

– Allô, c’est Alain Jeannet, directeur du Forum des 100. On aimerait vous inviter à venir faire un « Pitch » de 3 minutes sur votre spectacle « L’Emeute ».
– Allô ? Merci ! Je comptais de toute façon venir, invité ou pas, mais si vous en plus vous me donnez un micro, c’est super.
– Ce sera pendant l’apéritif, après les conférences plénières du matin; tous les gens mangeront et vous tourneront le dos, vous aurez droit à deux slides mal éclairés et 180 secondes chrono. (il n’a pas été aussi franc)
– Ah bon ? J’aurai préféré faire une intervention devant les 1000 décideurs.
– Mais je vous assure, pour vous, il y aura plein de gens ! Et puis, vous allez pouvoir réseauter comme jamais.
– Comme Jeannet ?
– Allô ?
– Pardon. Mauvaise blague.

Je me pointe donc hier matin au Donjon Rouge (le Swiss Tech Convention Center) dans mon déguisement de Lannister (PLR et Lannister, ça rime super); accueil dès 8h00, café-croissant, beaucoup d’hommes blancs de plus de 40 ans et hétéros, très peu de manteaux-d’or (j’aurai pu carrément entrer sans badge, avis aux amateurs pour l’année prochaine).

Je m’installe dans la grande salle high-tech-sur-vérins-hydrauliques, au deuxième rang dans les « orateurs », avant de réaliser que je me trouve juste derrière Sauron le Président du Conseil d’administration de Nestlé et la cheffe de la durabilité de Procter & Gamble. Zut, j’aurai dû prendre du verredragon de quoi les entarter.

Ça commence.

Version originale mauvaise foi, sous-titrée en franglais branchouille

Ça commence avec une introduction par les gens obligatoires – 4 minutes de parole par politesse institutionnelle. Vu que ce sont des impondérables, profitons de caser quelques femmes (à peine un tiers des orateurs) : une rectrice de l’UNIL complètement hors-sujet (Olenna Tyrell), un président de l’EPFL vaaachement à la pointe (Mace Tyrell), une collégienne valaisanne (Margaery Tyrell) et une étudiante (Arya Stark) qui tendait des tracts d’extrême-gauche et des banderoles anti-patriarcales à l’entrée. « On a invité des manifestants sur scène, c’est la surprise de la journée » fanfaronne Alain Jeannet. Ouh là, de l’impro dans leur planning. C’est vous dire si la révolution est en marche.

La collégienne valaisanne est partie « rencontrer Greta Thunberg pour qu’elle appuie notre mouvement. On a fait 52 heures de train jusqu’en Suède, c’était vraiment une expérience éprouvante et nous en avons déduit que le train n’était pas une solution, qu’on avait besoin de l’avion pour découvrir le monde et ses habitants. ». Yes. Quand tu réalises que la jeunesse a autant de talent rhétorique que d’ambitions révolutionnaires, ça sent le feu grégeois. Si tous les contradicteurs du système sont du même tonneau, je sens que je vais vomir. 

Ensuite, un améwicain (les Cités Libres) nous explique à gwands renfowts de slides que la Califownie fait beaucoup pouw la planète, avec des usines photovoltaïques dans le désewt. Mais ouais mec, c’est clair, t’as trop raison : on va mettre PLUS d’usines Tesla pour faire PLUS de machins, et on va PLUS ignorer le problème des métaux rares, le CO2 dégagés par la fabrication des panneaux et on va se dire que c’est ok. Back in the fourties, the US-of-A saved the world. Play it again, uncle Sam.

Après il y avait Jacques Boschung des CFF (Littlefinger). J’ai dû dormir parce que je n’ai rien retenu. À part quant il s’est vanté auprès du californien dans un mauvais anglais « Here at ze CFF, we areuh bold : almost ouane hundred percent of ze electricity is green. » Le concours de quéquettes pouvait commencer (dans une économie compétitive, les gens sont prompts à la comparaison génitale).

La recette pour m’aigrir

Le plat de résistance, c’était Virginie Hélias (Tywin, Procter & Gamble) et Paul Bulcke (Cersei, le président de Nestlé). Celui-ci a déballé de jolies salades « Nestlé fait déjà beaucoup de choses » (je vous assure que c’est pas plus précis ; il a juste dit « des choses »), mais si on veut « nutrir (sic) la planète, il faut travailler de manière multistakeholder ». Comprenez : avec tous les partenaires, des producteurs jusqu’aux… actionnaires. Même refrain du côté de Procter & Gamble, avec l’éco-conception de la lessive Ariel. Moins trente pour cent ! Mais puisqu’on vous dit qu’on lave plus vert, bandes d’écolos-fachistes !

Un peu plus tard, Bulcke-Cersei se pose en victime face aux mouvements de contestation : « Il y a beaucoup d’émotion, mais on ne fait pas avancer les choses en tapant du poing sur la table ».
Par contre, en privatisant l’eau de source et en rasant la forêt amazonienne, les choses bougent à une de ces vitesses.
Il prononce au moins quinze fois le mot « conscientisation », comme autant de refrains de berceuse pour anesthésier toute velléité de contestation.

Dans le rôle de Kevan Lannister, Gilbert Ghostine (Firmenich, des parfums de synthèses) explique que son entreprise « tellement familiale » est plus-que-centenaire, ce qui prouve sa durabilité (ha ha, confondre durabilité et monopole oligarchique, c’est super).

Heureusement, il y a eu quelques héros : Danaerys (Sofia de Meyer, des jus Opaline) veut libérer les chaînes de l’économie pour des entreprises « pacifiques », Jon Snow (Julien Perrot de la Salamandre, pas vraiment invité mais le plus touchant et le plus émouvant dans son plaidoyer désespéré pour « moins de peinture verte ») et Marco Simeoni (Race for Water) joue les Ser Davos « en colère » cherchant un financement pour empêcher qu’une marée de Marcheurs Blancs de plastique – continue à progresser dans les océans.

Une goutte d’eau.

Autant pisser dans un violon

Car Bertrand Piccard (Euron Greyjoy, en « aventurier » à la solde des fabricants de polymerdes) vole au secours du Donjon Rouge : « Je pense qu’on peut réconcilier économie et écologie, je crois à des programmes, des innovations, des technologies ». Le degré zéro de la réflexion écologique : le jour où Bertrand Piccard comprendra l’effet rebond, la science fera un pas de Tormund.

Je passe comme chat sur braise sur Urs Schaeppi (Qyburn) qui défend la 5G de Swisscom, de Jean-Pascal Baechler (la Banque de Fer Cantonale Vaudoise), dont on se demande bien ce que sa présentation du PIB romand vient foutre ici; j’ai somnolé pendant les interventions d’André Hoffmann, de Philipp Hildebrand, d’Insignifio Cassis (la Compagnie Dorée). Et Sophie Swaton (Lyanna Mormont) échouait à présenter concrètement le Revenu de Transition Ecologique, face à Jacqueline De Quattro (une fille Frey, probablement) qui pleurniche de toute l’opposition qu’elle subit face aux lois pro-écologie. Bouh, la pauvre. Mais quel métier difficile, diriger. Tu veux un mouchoir ?

À l’entracte, il y avait des enturbannés de la Fête des Vignerons qui ont chanté « Les trois soleils » (probablement une ode au photovoltaïque). J’aurais préféré un couplet sur le glyphosate, mais on ne peut pas tout avoir. On a eu droit aussi à un petit film sur une cleantech, Aqua-4D, qui fait de l’aéroponie (c’est du newspeak pour « culture hors-sol vaporisée avec de l’eau enrichie par de la marde »). Sur fond de piano solo, un entrepreneur valaisan nous explique que dans des grandes serres, avec plein de produits chimiques, on arrive à faire le travail de la nature à la place de la nature qu’on a détruit.
C’est super.
On appelle ça la « smart agriculture ».
Je me réjouis d’expliquer à mon père qu’il a fait toute sa vie de la dumb agriculture. Travailler de manière naturelle, c’est tellement une dirtytech, mec.

Même Nathanël Rochat (Ser Dontos), pourtant très juste et caustique dans son enfilade de vannes personnelles, ne peut que conclure très pauvrement, si pauvrement : « oui… c’est avec des bonnes volontés… qu’on va pouvoir faire quelque chose… ». Le bouffon a pu cracher son fiel, c’est tout bon, on a fait notre autocritique de décideurs. 

À la fin, c’est les méchants qui gagnent

Je reviens quand même sur le speech sidérant de Philipp Hildebrand, vice-président de BlackRock, qui explique la finance va tous nous sauver, en tant que game-changer (attention, c’est de la macroéconomie, il faut parler le haut-valyrien) : « Notre rythme de vie est par définition à court terme. Il s’agit de rassurer les actionnaires face à des investissements dans des entreprises durables, leur expliquer que la profitabilité sur le long-terme va se confirmer. » (Quand vous dites long terme, c’est de l’ordre de 2 ou 5 ans ?)
« Comment est-ce qu’on peut avoir un portefeuille d’actions qui est bon le climat ? » (Peut-être un portefeuille en cuir local ?)
« S’il y a une entreprise qui pollue beaucoup et qu’elle a une stratégie agressive pour aborder la transition et réduire son empreinte, alors on peut investir là-dedans. » (Ça a l’air sacrément prudent leur stratégie.)
« C’est une discussion compliqué à avoir avec ses actionnaires : il faut leur expliquer que si j’ai une politique à court terme, ça endommage la profitabilité à long terme. » (Oui oui, les gens se sont beaucoup répétés pendant ce forum; scandez un mensonge, il finit par devenir vérité.)
« Comme nous sommes très petits, nous ne pouvons pas résoudre des problèmes globaux ». (No comment.)

Et quand un journaliste critique Cersei-Peter Bulcke (Nestculé), celui-ci joue les victimes : « On dit que les grands arbres prennent plus de vent. C’est normal qu’il y ait des critiques, mais les gens ont souvent une vision étroite de notre réalité, ils ne voient que 5°, alors que nous on voit à 360°. Et au passage, monsieur Ghostine disait qu’il dirige une entreprise plus que centenaire; nous, nous avons fêté nos 153 ans (concours de quéquettes again). Alors ce n’est pas avec ces visions d’effondrement et de d’urgence catastrophiste que nous allons faire avancer les choses. Les gens ne peuvent pas avancer dans la peur. Nous leur devons une illusion (sic) que le monde ira mieux. »

Merci, Peter.

Merci de m’avoir encore renforcé dans mes convictions.

Ecoeuré, j’ai eu juste assez de forces pour me rendre à mon « Pitch n°7 » pour « Sauver le monde en 180 secondes ». J’avais préparé un texte que je n’ai pas lu; à la place, j’ai juste expliqué que le capitalisme c’est de la marde, que les jeunes de la rue allaient prendre le pouvoir, et que la poésie vaincra.

L’hiver vient, et la planète se meurt.

Et comme Nestlé, elle n’en a rien à foutre.

Par défaut
Actualité, écologie, Choses politiques, Décroissance, Enseignement

Ma candidature

C’est officiel, voici ma candidature au Conseil d’Etat.
Vous pouvez voter pour moi sur le bulletin vierge. Si j’obtiens plus de 500 voix éparses, je me présente au deuxième tour et je ferai campagne sur les plateaux-télé.
J’ai un seul programme (et après, je démissionne sans solde, promis juré) : déclarer l’urgence climatique au niveau vaudois. Là-dessus, je vous promets une couverture médiatique immense (« Un canton insignifiant prend une mesure révolutionnaire ! »), des effets à long terme (« En 2019, alors que tout paraissait trop tard, une population qui avait des couilles a pris ses responsabilités et a inspiré d’autres collectivités ») et plein de changements dans votre vie, car je suis POUR :

  • La diminution des libertés individuelles (mais l’élévation du bien-être collectif) :
    Vous ne pourrez plus prendre l’avion, mais vous ferez des soirées-jeux avec vos voisins. Vous ne mangerez de la viande plus qu’une fois par semaine et serez contraints aux légumes de saison, mais vous serez en meilleure santé et vous ferez un gros doigts aux pharmas. Vous n’aurez plus le droit de faire vos courses dans des grandes surfaces, mais vous taperez la discute avec les détaillants de vos petits commerces favoris.
  • La réduction de votre « train de vie » (mais l’augmentation de votre capacité à l’apprécier) :
    Deux heures d’internet par jour; vous redécouvrirez les plaisirs de la lecture, de la discute et des câlins sous la couette. Vous dépolluerez votre imaginaire des réseaux sociopathes, de l’actualité sans limite et de la consommation sans horaire.
    Une voiture pour quatre foyers; vous découvrirez qu’en fait ça suffit amplement et ça vous économisera des blindes par mois.
    Limitation des salaires à 5’000.- par mois, mais instauration du RBI (revenu brut inconditionnel), du RTE (revenu de transition écologique) et valorisation des tâches jusqu’ici bénévoles (femmes aux foyers, artistes).
    Le boycott général des denrées fabriquées au-delà de l’Europe, mais une revalorisation des compétences indigènes.
  • Taxe carbone sur tous les produits non-artisanaux (mais gratuité des transports publics)
    Les multi-banques, les méga-cimenteries, les thermo-industries, les pharmaco-usines, les alambico-fumisteries vont carrément raquer, mais ce sera le règne des bicyclettes, des vélo-pousse-pousse et des chants d’oiseaux.
  • Zéro déchet, zéro plastique, zéro obsolescence programmée. On répare et on ré-utilise. On arrête le monstre du progrès et on le dompte une bonne fois pour toutes.
  • La réorientation de l’éducation. Vos gosses vont :
    – Devoir décrypter le dernier rapport du GIEC pour vous mettre la misère au repas de midi (ah oui, j’ai oublié de dire que l’horaire continu pour favoriser le travail des parents, c’est de la marde). Votre gosse vous criera « Tu savais mais tu n’as rien fait » alors que vous avalez des rutabagas produits localement.
    – Apprendre à cultiver les fruits offerts généreusement par la nature plutôt que manipuler une tablette tactile offerte généreusement par Apple.
    – Apprendre la coopération, la gouvernance horizontale et la progression par valeurs plutôt que la compétition, la hiérarchie et la pédagogie par objectifs.
  • Moratoire sur le bétonnage, mise en permaculture de tous les espaces verts urbains
    Confiscation des résidences secondaires, mise en logements subventionnés
    Taxation des transactions financières, pénalisation de l’évasion fiscale, taxe sur les grosse fortunes, les grosses bagnoles et les grosses piscines.

Finies les vacances au Chili, les bananes au déjeuner, les balades en voitures.
Halte au shopping, à la haute couture et au gavage des oies.
Ouste aux 4×4, aux beaufs en héliski, aux courses en jet-ski et en séjours au Kempinksi.

J’ai le programme le plus impopulaire de toute l’histoire suisse. Parce que le réchauffement climatique ne s’embarrasse pas de jolies promesses : il demande qu’on entre en guerre contre lui.

Du sang, des larmes et de la sueur : Winston Churchill avait promis la même chose pour lutter contre le nazisme. Cette fois, l’adversaire est plus fort que nous. Alors plutôt que de vous promettre des gentilles choses pour les PME et pour les working poors et pour la culture et bla et bla, je m’attaque aux véritables priorités.

Je vous promets l’effondrement du système thermo-industriel et le surgissement d’une économie mutualiste, collaborative et durable.

Je vous promets des crises, de la souffrance, de la culpabilité et de la douleur.

Je vous promets le changement.

(et tout ceux qui vous promettent du changement sans les crises qui vont avec sont des fieffés coquins)

Par défaut
Actualité, écologie, Choses politiques, Décroissance

Le prochain pont à traverser (2)

Lundi 12 novembre, 8h34.

Je suis bien assez à l’avance au Swiss Tech Convention Center pour les premières Assises Vaudoises pour le Climat. Escalators rutilants, petit dossier A4 remis à l’entrée, étiquette à mon nom et code Wi-Fi « pour poser des questions pendant la table ronde, monsieur. Vous vous connectez sur la plateforme et vous entrez votre question en relation avec une conférence ». Trop trendy, le débat démocratique. Tu n’as même plus besoin de transpirer ta question au bout du micro d’une voix tremblante. Tout se fait par la magie de l’Internet. C’est ça, la délibération rhétorique de 2018.

J’ai sorti mon plus beau costume-cravate. Je boycotte le café-crème et le croissant (probablement de l’artisanat local). J’ai des cernes et la bouche pâteuse. Mais j’aiguise déjà mon sens critique.

IMG_0534

Et ça commence ! François Egger à l’animation, ça fait un peu Couleurs Locales, il donne immédiatement le ton face à l’urgence climatique : « Le problème n’est pas « Qui » ou « Pourquoi », mais bien « Comment ». »

Ça commence très mal.

Jacqueline De Quattro se fait toute petite en introduction, reconnaissant qu’elle a dû braver quelques réticences à potentiellement se ridiculiser à organiser ces Assises. Elle a préparé un powerpoint très zoli avec des zolies images de nature dévastée, de ponts brisés par des glissements de terrains, de fiers bûcherons dans des grandes forêts, de cyclones, de catastrophe, de sécheresse (mais OUF, il y a toujours une plantule verte dans le cadrage, un espoir inattendu, on s’accroche !). « L’heure est à l’action », qu’elle déclare. « Faire plus, faire mieux, faire ensemble », des zoulis slogans en guise de pep-talk, j’attends presque la chorégraphie et les pom-pom girls pour que l’assemblée lui lance des hourras en choeur. Elle glisse quand même que ça risque d’être compliqué de 1) prendre des engagements pour le climat et en même temps 2) organiser les Jeux Olympiques de la jeunesse, mais comme on le verra, on n’est pas à une contradiction près. Elle mentionne aussi le fait que 3) ça sera coton de maintenir notre économie touristique. J’ai déjà envie de vomir.

La première conférence invitée, c’est Géraldine Pflieger. Elle nous parle du rapport du GIEC d’octobre, la sonnette d’alarme, les signaux aux rouges, la communauté internationale alarmiste; mais pas de panique, elle compare la croissance du PIB avec la croissance des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) et là, miracle : on obtient une courbe toute plate, c’est magique, don’t panic. Je pose immédiatement la question (via wi-fi) de savoir si elle sait que la croissance chinoise est de 6-7%. Il me faudra un peu de patience pour la réponse. Patience, patience, il faudra attendre la table ronde.

Wait for the cream

Ensuite, c’est Marc Chardonnens. Alors attention, lui c’est pas n’importe qui, hein : c’est le directeur de l’Office fédéral de l’Environnement. Alors lui c’est ze spécialiste, il nous dit que l’accord de Paris prévoit 100 milliards d’aide à la transition, c’est dire si les moyens sont concrets (100 milliards à qui ? Où ? De la part de qui ? Pour construire quoi ? Est-ce que c’est une bourse renouvelable ? Combien de temps ? Et ta soeur ? Est-ce que tu viens pour les vacances ?).

Je m’étrangle un peu quand messire Chardonnens nous explique que la différence entre un scénario à +1,5° et +2° est « assez conséquent : dans le premier scénario, vous avez une diminution de 70% du récif corallien; dans le deuxième cas, vous n’en avez plus du tout. J’ai compris cette différence avec le rapport du GIEC. ». Wow, le mec est hyper à la pointe en terme d’information, genre. Je suis juste rassuré qu’il dirige pas l’armée en temps de guerre. Il poursuit sur un exposé longuet et très politiquement correct sur le GIEC et les COP, avec le PIB et les GES, et ça a l’air trop COOL, t’inquiète, l’international prend les choses en main, couz, je tutoie Nicolas Hulot, tout est sous contrôle.

Ensuite il y a Océane Dayer, de Swiss Youth for Climate, qui annonce être un peu moins académique mais nous balance quand même son lot de statistiques déprimantes en travers de la face, salut la jeunesse, bonjour la tristesse. Pour les solutions, il faut « faire des choix de consommation » et « voter pour les bonnes personnes, d’autant qu’avec le vote par correspondance, on peut voter depuis son canapé ». La révolution canapé, ça va s’appeler ? Si la Jeunesse pour le Climat devait faire mai 68 aujourd’hui, je pense que ça serait en pantoufles et avec un mug Che Guevara.

Ensuite il y a une pause de 5 minutes (qui en durera 13 – comment voulez-vous stopper le réchauffement en 30 ans si on dépasse même le temps des pauses-cafés ?). Je prends l’air et musarde près des stands de dépliants des sponsors : « L’énergie, c’est de l’argent » titre un flyer de Suisse énergie. On est sauvés.

Le quatrième intervenant, c’est Christian Arnsperger, dans la famille « le savant de l’Université Académique avec des diplômes ». Il parle un peu à son prompteur, il a le souffle court, il se prend les pieds dans des slides des années 90 qu’on dirait dessinés par mon neveu de 4 ans (sérieux, investissez trois minutes dans le graphisme de vos présentations, monsieur). Le mec s’emmêle dans des concepts très abstraits (un carré, un triangle, un trapèze pour « modéliser les scénarii de façon géométrique ») et finit par lâcher le terme de capitalisme vert, qui sera, oui, bon, un moyen de transition vers une « économie sociale et solidaire » et peut-être des « expérimentations plus radicales » (il cite les « écovillages »). Je m’esclaffe. En guise de conclusion, l’universitaire propose une solution (mais alors ré-vo-lu-tion-naire, la solution) : si quelqu’un lui propose de créer un « Pôle » de recherche pluridisciplinaire sur les modèles résilient (par exemple à l’UNIL), alors il embarquera « dès maintenant ». J’ai rarement vu une demande d’emploi moins subtile (et un engagement plus timoré).

orange.gif

Mais là.

Heureusement.

Il y a Jean-Marc Jancovici.

Il envoie une présentation ripolinée sur l’énergie et sa disponibilité, l’épuisement des ressources, l’ineptie de compter en termes de PIB, les fausses solutions technologiques, sociétales et politiques. Il conclut même avec une magistrale équation qui brise le tabou de la démographie, à prendre obligatoirement en compte si on veut sérieusement s’attaquer au problème climatique. Peu de solutions toute faites, mais l’exposé a le grand mérite d’être extrêmement bien rythmé, instructif, documenté, pour déboucher sur une conclusion sans appel et claire comme du jus de chique : on est bin dans la marde.

À ce stade-là, j’ai failli me dire que tout était déjà en marche, pas besoin de faire un coup de gueule ou un coup d’éclat, je suis venu pour rien, Jacqueline De Quattro va bondir sur scène, se révéler lionne, arracher les affiches et proclamer la fin du capitalisme.

Et puis il y a eu la « table ronde ».

Vite, vite, un petit débat avec les questions recueillies sur internet.

Mais vite, parce qu’on a débordé avec les conférences.

Alors parlez vite, réfléchissez vite, soyez vite convaincants.

On aligne 5 chaises, quatre des intervenants viennent s’asseoir et le journaliste relaie toutes les certaines questions aux orateurs·trices.

Et là, déception.

Alors qu’on vient d’avoir une présentation limpide du système de marde dans lequel on nage, les questions s’étiolent sur des détails, les réponses se fanent sur des abstractions. Alors quitte à être venu déguisé en jeune PLR, je me dis que je vais me taper l’incruste. Note pour plus tard aux organisateurs de tables rondes : ne laissez jamais une chaise inoccupée quand il y a un improvisateur dans la salle.

Je m’approche de la tribune.

On me regarde.

Je m’assieds tranquillos dans la cinquième chaise.

On me regarde un peu interloqué. Le journaliste ne sait pas quoi faire.

Jancovici dit « Ah, on dirait qu’il y a un happening ».

Le journaliste se tourne vers moi en me demandant ce que je fous ici.

Je réponds à l’assemblée que je représente la Nature et que jusqu’ici, on ne m’a pas beaucoup donné la parole.

Rires gênés.

Instants suspendus.

Malaise à la vaudoise.

Le journaliste continue tant bien que mal à poser ses questions. C’est compliqué, parce que je commence à sourire aux autres intervenants, au public, au premier rang. Certains sont émoustillés. Il se passe quelque chose.

Il y a aussi un monsieur au premier rang qui me fait les gros yeux. Je suppose que c’est le bras droit de Jacqueline. Il me dessine des mots avec la bouche, mais je ne lis pas sur les lèvres, alors je lui fais signe que je ne comprends pas. Il a l’air très énervé et très attaché à la propriété individuelle.

Le journaliste commence à prendre congé et donne la parole à tous les intervenants pour le mot de la fin.

Il termine avec moi. Il n’est pas sûr de vouloir me donner la parole. Je lui montre que ça va être court et efficace. Il me tend le micro.

« Je voulais juste prononcer les mots d’anticapitalisme et de décroissance, qui n’ont pas été évoqués jusqu’ici. Comme ça, ça donne à ces concepts la possibilité d’exister. »

Je fais un grand sourire gêné.

Gros malaise dans l’assemblée.

Le journaliste nous invite à regagner nos places en coulisses, et je me barre par la porte du fond. À l’extérieur de la salle, il y a une femme très sérieuse et très maquillée qui me demande qui je suis et pourquoi j’ai fait ça :

– Je voulais poser des questions.
– Mais vous devez vous rendre compte qu’on n’avait pas le temps de donner la parole à tout le monde.
– Mais j’avais posé quatre questions sur le wi-fi et le journaliste n’en a relayé aucune.
– Oui mais c’est les règles d’une table ronde.
– Est-ce que c’est une table ronde si on ne peut pas poser de questions ? Pourquoi inviter d’autres gens, alors ?
– Je vous répète qu’on ne pouvait pas intervenir comme vous l’avez fait.
– Vous avez raison.
– Ce n’est pas respectueux de notre travail d’organisation.
– Absolument.
– En fait, vous vous en fichez un peu, n’est-ce pas ?
– Pas du tout. Je voulais juste m’exprimer et j’ai utilisé le moyen qui était à ma disposition.
(Il faut imaginer que pendant tout cet échange, je me dirigeais très lentement vers le vestiaire pour récupérer ma veste et partir – toujours très lentement – par l’escalator; je devais filer à un rendez-vous)

Aux Assises vaudoises du Climat, j’ai beaucoup appris

  1. Les dirigeant·e·s sont tout à fait conscient·e·s du problème climatique.
  2. Les solutions évoquées sont a) abstraites, b) lointaines, ou c) entraînent des impacts infimes (et parfois les trois à la fois)
  3. La culture du déni provoque des rires nerveux, mais ensuite tout le monde retourne à l’apéro et hop c’est oublié.
  4. On peut très bien prendre la parole dans les grandes réunions. Il suffit d’être bien habillé et d’y aller sans violence.
  5. Même chose pour la fuite. Personne ne m’a retenu par le bras. Il suffit de marcher vers la sortie.
  6. La remise en question du capitalisme est un tabou complet.
  7. L’action citoyenne doit être poétique, directe et inattendue.

Vos élus savent. Ils ont les chiffres. Ils ont les données et les solutions à portée de main. Tout est en place pour changer de système : ils connaissent la gravité de la crise écologique, ils savent que les demi-mesures qu’ils entrevoient sont vouées à l’échec, et ils sentent bien que la seule alternative est une sortie du capitalisme pour un régime de décroissance.

Voilà ce que je propose à toutes les âmes de bonne volonté : noyautez les assemblées générales, chahutez les conseils généraux, questionnez les séances d’information, incrustez-vous dans les débats contradictoires. Prenez l’espace et attendez qu’on vous donne la parole. Répétez-leur que le monde va mal, que les citoyens en ont marre et que la fête est finie.

Dans le même temps, boycottez les voyages en avion, les courses au supermarché, les jeux olympiques de la jeunesse, les grandes banques et les multinationales démesurées. Et alors, plus personne n’aura d’argument pour vous faire désespérer.

La semaine prochaine, nous verrons comment dynamiter une banque.

Capture d_écran 2018-11-12 à 18.35.55

Par défaut
Actualité, écologie, Choses politiques, Décroissance, Vidéos

Le prochain pont à traverser (1)

Il y a un mois, un pont à Gênes s’est effondré.

Hou là là, disaient les médias.

On l’avait bien dit, disaient les ingénieurs.

C’est horrible, disaient les téléspectateurs.

Et chacun d’entonner une petite théorie sur les constructions à l’emporte-pièce des années 50, sur la mauvaise qualité des matériaux, sur les détournements de fonds de la Mafia, sur les risques pour les ponts français, suisses, autrichiens.

Tout ça n’arriverait pas chez nous.

On invoque la fatalité, avant de reprendre le train-train quotidien et son cortège de certitudes. Les chiens aboient et la caravane médiatique passe: il faut maintenant s’intéresser à la rentrée scolaire, aux initiatives populaires de septembre et aux loups écrasés.

Il y a un climat qui est en train de s’effondrer.

Hou là là, disent les médias.

On le répète depuis trente ans, disent les ingénieurs.

C’est horrible, disent les téléspectateurs.

Et personne ne fait rien. Ou si peu.

La vérité, c’est que nous devrions être en état de guerre. En novembre 2017 est parue une lettre importante, co-signée par 15’000 scientifiques de 184 pays. Quinze milles scientifiques, c’est comme 10 fois Paris-Sorbonne de la crème des savants du XXIe siècle, qui descendent dans la rue (la Une du Monde) pour dire que nous pourrions bientôt laisser passer notre chance de gagner la guerre contre le changement climatique.

Les gens préfèrent détourner la tête ailleurs, reprendre du steak d’autruches et tuer le temps avec des Paris-Londres en avion plutôt que d’affronter le problème. La grande bataille de notre temps, dirait Gandalf.

Il nous reste 3 mois et demi avant la fin de l’année 2018, déjà en dépassement, peut-être l’année la plus chaude de notre histoire. Nicolas Hulot a crié son écoeurement, Aurélien Barrau a lancé son appel, les Suisses s’apprêtent à voter sur deux initiatives d’importance capitale sur le virage écologique à prendre (car ce ne sont pas des initiatives « redondantes » comme le prétendent les néolibéraux).

Ok, en fait il FAUT que vous voyiez l’appel d’Aurélien Barrau (notre Gandalf ?):

Il s’agit maintenant de changer de paradigme, de réévaluer notre responsabilité individuelle et collective. Il s’agit d’accepter la crise et de nous proclamer en état de siège contre les négationnistes, les pollueurs, les multinationales, les producteurs de plastiques, les consommateurs de gadgets électroniques, les geeks de la modernité, les ayatollahs du progrès, les touristes du week-end, les ados « influenceurs » à la botte du consumérisme, les grillétariens qui dévorent avec fierté leur sacro-sainte barbaque pour réaffirmer leur puissance sur le vivant.

(et accessoirement, il s’agit de glisser un triple OUI dans l’urne dimanche)

Il va nous falloir du courage, « du sang, de la sueur et des larmes » (Churchill), « des mesures impopulaires » (Barrau) et une capacité à « ré-enchanter son imaginaire » (Latouche). On ne peut plus rester dans cette posture de déni, en laissant le pouvoir aux politiques de droite, en laissant les solutions aux scientifiques et en laissant les actions aux illuminés.

C’est notre monde.

 

 

 

Un pont à traverser: mode d’emploi pour adoucir l’effondrement écologique

  1. Se limiter à 2’000 kg de CO2 par habitant par année (renoncer à l’avion et à la voiture, se limiter à de la viande (locale) une fois par semaine, isoler son logement, faire toutes ses courses zéro déchets dans des magasins locaux)
  2. Boycotter le capitalisme (mettre ses économies à la Banque Alternative Suisse, refuser les grandes marques, voter pour une gauche antiproductiviste)
  3. Convaincre ses amis et ses ennemis de faire de même

Voilà, c’est tout ce qu’il faut pour sauver le monde.

 

 

La semaine prochaine, nous verrons quels scénarios sont prévus pour 2050 si on ne fait rien, combien coûte (en kg de CO2) un voyage en avion, et pourquoi une planète à +6° n’est pas envisageable.

Et pour garder l’optimisme, une vidéo qui fout la pêche et célèbre la créativité, la joie et l’énergie du genre humain:

 

Par défaut
Actualité, Improvisation et créativité, Poésie, Théâtre

Ecriture de tréteaux

Jeudi soir, je jouerai la cinquième représentation d’Odysseus Fantasy, le nouveau spectacle des ArTpenteurs. La troupe s’installe pour une semaine de représentations à la plage d’Yverdon-les-Bains. Le chapiteau rouge va se dresser entre sable et sous-bois, pour faire résonner l’Odyssée d’Ulysse au milieu des caleçons de bain vert fluo et des chipolatas grillées. Et même si les vers d’Homère auront une légère odeur de crème solaire, c’est de toute façon la poésie qui gagne à la fin.

Heureux qui comme lui a fait un beau voyage

La création prit quantité de détours: Thierry Crozat (mise en scène) a réuni 4 comédiens (Chantal Bianchi, Corinne Galland, Lorin Kopp et mescolles) pour 5 semaines et demie de création et de recherches. On avait fait deux semaines de labo en janvier (écriture & clown de théâtre) pour avoir quelques ancrages, avant de lancer l’esquif d’une écriture de plateau carrément homérique. 

Première couche: l’Odyssée d’Ulysse. Texte-fleuve, immense récit alambiqué entre les souvenirs confus du héros, les suppliques de Télémaque, les divines querelles et des références souvent enfouies au plus près de notre culture occidentale. Charybde et Scylla, le cyclope, le cheval de Troie… On a passé plusieurs semaines à enfoncer quelques portes ouvertes et dépasser des culs-de-sacs pour aérer tout ce bazar.

Deuxième couche: des clowns privés de parole. L’idée primordiale était de pouvoir créer un spectacle sans recourir au texte. Grommelots, mimiques, musiques, tout y a passé pour échapper au français. Ecueils de la langue. Hauts-fonds de la forme théâtrale. Naufrage du sens. A la quatrième semaine, on se résout à chapitrer le spectacle de quelques apartés poétiques. Sinon le spectateur-qui-veut-chercher ne comprendra rien à rien et voudra partir (quant au spectateur-qui-se-laisse-aller, c’est de toute façon gagné).

Troisième couche: la vie de Thierry. J’ai pas cherché à connaître tous les détails, mais ça tourne autour de la Mer (Méditerranée) et de la Mère (nourricière), de l’arrachement et de l’attachement, de la geste (homérique) et du geste (le théâtre par le mime). C’est dense, cow-boy. 

Pitch Lynch

Le résultat? Une fable poétique et visuelle entre Homère sous acide et un rêve de Stephen King. Désormais, quand on me demande le pitch je dis ça: « C’est l’Odyssée d’Ulysse adapté par David Lynch qui avait à sa disposition 4 clowns de théâtre et la vie de Thierry à raconter. » À partir de là, débrouillez-vous.
Perso, c’est le spectacle le plus intrigant, complexe et poétique qu’il m’ait été donné la chance de jouer, avec son lot de double (voire triple) sens, d’images surréalistes et de musiques enchanteresses. On a déjà joué 2 scolaires à la Vallée de Joux il y a 10 jours, les élèves (9e & 10e) étaient scotchés. Et puis c’est pas trop long: en septante minutes on fait le tour, et je sais que tu aimes ça, les spectacles pas trop long.

Trilogie

Jusqu’en 2020, on part pour une belle trilogie sur les traces d’Homère. L’année prochaine, on élaborera une fresque centrée sur le récit d’Ulysse; en 2020 ce sera « IF – l’Odyssée de l’arbre », autour de la Ville d’Yverdon-les-Bains, l’écologie et le pouvoir des conifères. Et comme le projet change tout le temps, je suivrai l’aventure avec une poignée de billets sur ce blog pour rendre compte de la luxuriance des idées de la troupe.

Odysseus Fantasy, un spectacle à suivre du 7 au 10 juin 2018 à Yverdon-les-Bains, puis pendant l’été à Romainmôtiers, La Tour-de-Peilz et Sion. Tournée et informations ici.

imageedit_4_7201351482

Par défaut
Actualité, écologie, Choses politiques, Décroissance, Poésie

Je ne veux pas aller sur Mars

C’était le buzz d’hier: Elon Musk a lancé mardi une Tesla décapotable en orbite autour de la Terre; ensuite, pschuittt, elle filera dans le néant pour rejoindre Mars, puis terminera son odyssée autour du Soleil.

Je devrais me réjouir, TU DEVRAIS TE RÉJOUIR BORDEL, c’est surréaliste et poétique cette affaire, une voiture dans l’espace, un autoradio qui diffuse Space Oddity de David Bowie, le mannequin Starman au volant avec le GPS en mode « Don’t Panic », le tout dérivant à l’infini… Un Ulysse high-tech cherchant son Ithaque. Quel message inspirant pour les générations futures qui succomberont sans doute au chant des sirènes: Aim for the stars – if you fail, you’ll land on the moon!

En plus, Elon Musk a des formulations inspirées: il a rebaptisé la Big Falcon Rocket la « Big Fucking Rocket » – il a du flair pour les allitérations, c’est tout en subtilité et en nuances. Tu fais un beau poète, pwêt-pwêt. Et même si tu suintes l’arrogance, Musk, je dois bien reconnaître que tu as le sens de la mise en scène; quelles belles images ça te permet de tweeter, cette aventure de rutilante bagnole en apesanteur.

Starman

Parce que tout est là, tu le dis toi-même:

« C’est un peu idiot et fun. Mais les choses idiotes et fun sont importantes »

Là on va se fâcher, parce que les choses idiotes et fun ne sont pas nécessairement importantes. Là, tu confonds le sens du fun avec le fait de bousiller des tonnes de carburant, de perdre un propulseur dans l’océan et de divertir tout le monde vers la démesure spatiale et l’hybris d’un multimilliardaire, parangon de l’overachiever, sauveur du monde avec ses usines à machins-trucs et messie du consumérisme.

Je me réjouirais davantage si on avait envoyé dans l’espace un message d’amour et d’unité, de curiosité, d’espoir… Là, l’espoir se résume à la technologie et à la conquista spatiale: un futur peu ragoûtant fait de beaufs en tenue d’Interstellar cruisant sur la voie lactée, posant pour un selfie intersidéral (« I’m on Mars #tropcool #decalagehoraire #TotalRecall ») devant les bulbes photovoltaïques d’une futuriste cité martienne, au volant d’une Tesla zéro-carbone.

Pourtant, qu’est-ce que c’est cooooool d’envoyer des mannequins et des voitures dans l’espace, poursuit l’article du journal du geek:

« Peut-être qu’il sera découvert par une future race extraterrestre », s’est enthousiasmé Musk. « Que faisaient ces gens ? Ils vénéraient cette voiture ? », s’est-il encore amusé.

MAIS BIEN SÛR, HA HA HA QU’EST-CE QUE C’EST DRÔLE ces humains qui vénèrent ces tas de ferrailles pour aller à leur travail vénéré pour gagner de l’argent vénéré et acheter des possessions vénérées. Les églises sont vides, mais si vous vous rendiez compte de tout ce qu’on vénère, chers extraterrestres! On vénère le centre commercial tous les mercredis après-midi, en famille et avec l’ice-cream en guise d’hostie pour le petit dernier.

Vénèr’, moi?

Certes, me voilà dans une colère intersidérale. Je m’indigne qu’on puisse offrir autant d’attention à un éco-tartuffe en oubliant le bilan carbone de l’opération, les fonds faramineux qu’il a fallu engouffrer dans cette folle forfanterie, un coup médiatique qui occulte son coût écologique.

Allez, quoi, joue pas les pisse-froid, tu nous emm*rdes avec ton écologie de rabat-joie.

Je pisse encore bien sur qui je veux: ma génération (et les plus jeunes) semble fascinée par les gadgets technologiques (le triple beamer pour mieux s’isoler entre amis, le tamagotchi pour adulte, l’aile pour s’amuser dans les nuages, la turbopelle à neige), pour mieux nous divertir du seul vrai combat du XXIe siècle: la crise climatique. Nous devrions être en état de guerre contre la pollution et nous préférons jouer les Icare pour nous envoler loin de nos responsabilités.

So booooring! C’est devenu ringard de garder les pieds sur Terre. Hop, hip hip & hourra, suivons la hype pour aller plus haut, plus loin, dans une orgie de la démesure qui ne rassasiera personne. Consommons, consumons tout ce qui nous a été donné! Après nous, le déluge!

(Il y avait une très belle exposition sur la démesure au musée romain de Vidy, mais c’est fini le week-end passé, je ne peux même plus vous encourager à y aller) (une balade en forêt c’est bien aussi)

Tu pues, Musk. Tu offres de la poésie à consommer par carte de crédit, des rêves en carlingue et des idéaux de plastique. Jamais je n’achèterai ton ticket pour Mars; je continuerai à m’exciter davantage pour les plaisir terrestres:

une partie de galipette le dimanche matin dans la douceur des draps propre

une soirée-jeu avec des gens que j’aime

un coucher de soleil sur les crêtes du Jura, sans décapotable en orbite pour obscurcir mon horizon.

Par défaut