Actualité, écologie, Choses politiques, Décroissance

Le Forum des Indécents

Attention spoiler : c’est Cersei qui gagne à la fin.

Dès que j’avais entendu parler du thème du Forum des 100 de cette année (« Transition Ecologique : le temps de l’action), je m’étais dit que je pouvais probablement aller occuper des chaises vides et filer une paire de claques par là-bas pour tenter de déstabiliser le pouvoir et faire entendre la voix de la décroissance. C’étais sans compter un coup de téléphone d’Alain Jeannet, il y a trois semaines :

– Allô, c’est Alain Jeannet, directeur du Forum des 100. On aimerait vous inviter à venir faire un « Pitch » de 3 minutes sur votre spectacle « L’Emeute ».
– Allô ? Merci ! Je comptais de toute façon venir, invité ou pas, mais si vous en plus vous me donnez un micro, c’est super.
– Ce sera pendant l’apéritif, après les conférences plénières du matin; tous les gens mangeront et vous tourneront le dos, vous aurez droit à deux slides mal éclairés et 180 secondes chrono. (il n’a pas été aussi franc)
– Ah bon ? J’aurai préféré faire une intervention devant les 1000 décideurs.
– Mais je vous assure, pour vous, il y aura plein de gens ! Et puis, vous allez pouvoir réseauter comme jamais.
– Comme Jeannet ?
– Allô ?
– Pardon. Mauvaise blague.

Je me pointe donc hier matin au Donjon Rouge (le Swiss Tech Convention Center) dans mon déguisement de Lannister (PLR et Lannister, ça rime super); accueil dès 8h00, café-croissant, beaucoup d’hommes blancs de plus de 40 ans et hétéros, très peu de manteaux-d’or (j’aurai pu carrément entrer sans badge, avis aux amateurs pour l’année prochaine).

Je m’installe dans la grande salle high-tech-sur-vérins-hydrauliques, au deuxième rang dans les « orateurs », avant de réaliser que je me trouve juste derrière Sauron le Président du Conseil d’administration de Nestlé et la cheffe de la durabilité de Procter & Gamble. Zut, j’aurai dû prendre du verredragon de quoi les entarter.

Ça commence.

Version originale mauvaise foi, sous-titrée en franglais branchouille

Ça commence avec une introduction par les gens obligatoires – 4 minutes de parole par politesse institutionnelle. Vu que ce sont des impondérables, profitons de caser quelques femmes (à peine un tiers des orateurs) : une rectrice de l’UNIL complètement hors-sujet (Olenna Tyrell), un président de l’EPFL vaaachement à la pointe (Mace Tyrell), une collégienne valaisanne (Margaery Tyrell) et une étudiante (Arya Stark) qui tendait des tracts d’extrême-gauche et des banderoles anti-patriarcales à l’entrée. « On a invité des manifestants sur scène, c’est la surprise de la journée » fanfaronne Alain Jeannet. Ouh là, de l’impro dans leur planning. C’est vous dire si la révolution est en marche.

La collégienne valaisanne est partie « rencontrer Greta Thunberg pour qu’elle appuie notre mouvement. On a fait 52 heures de train jusqu’en Suède, c’était vraiment une expérience éprouvante et nous en avons déduit que le train n’était pas une solution, qu’on avait besoin de l’avion pour découvrir le monde et ses habitants. ». Yes. Quand tu réalises que la jeunesse a autant de talent rhétorique que d’ambitions révolutionnaires, ça sent le feu grégeois. Si tous les contradicteurs du système sont du même tonneau, je sens que je vais vomir. 

Ensuite, un améwicain (les Cités Libres) nous explique à gwands renfowts de slides que la Califownie fait beaucoup pouw la planète, avec des usines photovoltaïques dans le désewt. Mais ouais mec, c’est clair, t’as trop raison : on va mettre PLUS d’usines Tesla pour faire PLUS de machins, et on va PLUS ignorer le problème des métaux rares, le CO2 dégagés par la fabrication des panneaux et on va se dire que c’est ok. Back in the fourties, the US-of-A saved the world. Play it again, uncle Sam.

Après il y avait Jacques Boschung des CFF (Littlefinger). J’ai dû dormir parce que je n’ai rien retenu. À part quant il s’est vanté auprès du californien dans un mauvais anglais « Here at ze CFF, we areuh bold : almost ouane hundred percent of ze electricity is green. » Le concours de quéquettes pouvait commencer (dans une économie compétitive, les gens sont prompts à la comparaison génitale).

La recette pour m’aigrir

Le plat de résistance, c’était Virginie Hélias (Tywin, Procter & Gamble) et Paul Bulcke (Cersei, le président de Nestlé). Celui-ci a déballé de jolies salades « Nestlé fait déjà beaucoup de choses » (je vous assure que c’est pas plus précis ; il a juste dit « des choses »), mais si on veut « nutrir (sic) la planète, il faut travailler de manière multistakeholder ». Comprenez : avec tous les partenaires, des producteurs jusqu’aux… actionnaires. Même refrain du côté de Procter & Gamble, avec l’éco-conception de la lessive Ariel. Moins trente pour cent ! Mais puisqu’on vous dit qu’on lave plus vert, bandes d’écolos-fachistes !

Un peu plus tard, Bulcke-Cersei se pose en victime face aux mouvements de contestation : « Il y a beaucoup d’émotion, mais on ne fait pas avancer les choses en tapant du poing sur la table ».
Par contre, en privatisant l’eau de source et en rasant la forêt amazonienne, les choses bougent à une de ces vitesses.
Il prononce au moins quinze fois le mot « conscientisation », comme autant de refrains de berceuse pour anesthésier toute velléité de contestation.

Dans le rôle de Kevan Lannister, Gilbert Ghostine (Firmenich, des parfums de synthèses) explique que son entreprise « tellement familiale » est plus-que-centenaire, ce qui prouve sa durabilité (ha ha, confondre durabilité et monopole oligarchique, c’est super).

Heureusement, il y a eu quelques héros : Danaerys (Sofia de Meyer, des jus Opaline) veut libérer les chaînes de l’économie pour des entreprises « pacifiques », Jon Snow (Julien Perrot de la Salamandre, pas vraiment invité mais le plus touchant et le plus émouvant dans son plaidoyer désespéré pour « moins de peinture verte ») et Marco Simeoni (Race for Water) joue les Ser Davos « en colère » cherchant un financement pour empêcher qu’une marée de Marcheurs Blancs de plastique – continue à progresser dans les océans.

Une goutte d’eau.

Autant pisser dans un violon

Car Bertrand Piccard (Euron Greyjoy, en « aventurier » à la solde des fabricants de polymerdes) vole au secours du Donjon Rouge : « Je pense qu’on peut réconcilier économie et écologie, je crois à des programmes, des innovations, des technologies ». Le degré zéro de la réflexion écologique : le jour où Bertrand Piccard comprendra l’effet rebond, la science fera un pas de Tormund.

Je passe comme chat sur braise sur Urs Schaeppi (Qyburn) qui défend la 5G de Swisscom, de Jean-Pascal Baechler (la Banque de Fer Cantonale Vaudoise), dont on se demande bien ce que sa présentation du PIB romand vient foutre ici; j’ai somnolé pendant les interventions d’André Hoffmann, de Philipp Hildebrand, d’Insignifio Cassis (la Compagnie Dorée). Et Sophie Swaton (Lyanna Mormont) échouait à présenter concrètement le Revenu de Transition Ecologique, face à Jacqueline De Quattro (une fille Frey, probablement) qui pleurniche de toute l’opposition qu’elle subit face aux lois pro-écologie. Bouh, la pauvre. Mais quel métier difficile, diriger. Tu veux un mouchoir ?

À l’entracte, il y avait des enturbannés de la Fête des Vignerons qui ont chanté « Les trois soleils » (probablement une ode au photovoltaïque). J’aurais préféré un couplet sur le glyphosate, mais on ne peut pas tout avoir. On a eu droit aussi à un petit film sur une cleantech, Aqua-4D, qui fait de l’aéroponie (c’est du newspeak pour « culture hors-sol vaporisée avec de l’eau enrichie par de la marde »). Sur fond de piano solo, un entrepreneur valaisan nous explique que dans des grandes serres, avec plein de produits chimiques, on arrive à faire le travail de la nature à la place de la nature qu’on a détruit.
C’est super.
On appelle ça la « smart agriculture ».
Je me réjouis d’expliquer à mon père qu’il a fait toute sa vie de la dumb agriculture. Travailler de manière naturelle, c’est tellement une dirtytech, mec.

Même Nathanël Rochat (Ser Dontos), pourtant très juste et caustique dans son enfilade de vannes personnelles, ne peut que conclure très pauvrement, si pauvrement : « oui… c’est avec des bonnes volontés… qu’on va pouvoir faire quelque chose… ». Le bouffon a pu cracher son fiel, c’est tout bon, on a fait notre autocritique de décideurs. 

À la fin, c’est les méchants qui gagnent

Je reviens quand même sur le speech sidérant de Philipp Hildebrand, vice-président de BlackRock, qui explique la finance va tous nous sauver, en tant que game-changer (attention, c’est de la macroéconomie, il faut parler le haut-valyrien) : « Notre rythme de vie est par définition à court terme. Il s’agit de rassurer les actionnaires face à des investissements dans des entreprises durables, leur expliquer que la profitabilité sur le long-terme va se confirmer. » (Quand vous dites long terme, c’est de l’ordre de 2 ou 5 ans ?)
« Comment est-ce qu’on peut avoir un portefeuille d’actions qui est bon le climat ? » (Peut-être un portefeuille en cuir local ?)
« S’il y a une entreprise qui pollue beaucoup et qu’elle a une stratégie agressive pour aborder la transition et réduire son empreinte, alors on peut investir là-dedans. » (Ça a l’air sacrément prudent leur stratégie.)
« C’est une discussion compliqué à avoir avec ses actionnaires : il faut leur expliquer que si j’ai une politique à court terme, ça endommage la profitabilité à long terme. » (Oui oui, les gens se sont beaucoup répétés pendant ce forum; scandez un mensonge, il finit par devenir vérité.)
« Comme nous sommes très petits, nous ne pouvons pas résoudre des problèmes globaux ». (No comment.)

Et quand un journaliste critique Cersei-Peter Bulcke (Nestculé), celui-ci joue les victimes : « On dit que les grands arbres prennent plus de vent. C’est normal qu’il y ait des critiques, mais les gens ont souvent une vision étroite de notre réalité, ils ne voient que 5°, alors que nous on voit à 360°. Et au passage, monsieur Ghostine disait qu’il dirige une entreprise plus que centenaire; nous, nous avons fêté nos 153 ans (concours de quéquettes again). Alors ce n’est pas avec ces visions d’effondrement et de d’urgence catastrophiste que nous allons faire avancer les choses. Les gens ne peuvent pas avancer dans la peur. Nous leur devons une illusion (sic) que le monde ira mieux. »

Merci, Peter.

Merci de m’avoir encore renforcé dans mes convictions.

Ecoeuré, j’ai eu juste assez de forces pour me rendre à mon « Pitch n°7 » pour « Sauver le monde en 180 secondes ». J’avais préparé un texte que je n’ai pas lu; à la place, j’ai juste expliqué que le capitalisme c’est de la marde, que les jeunes de la rue allaient prendre le pouvoir, et que la poésie vaincra.

L’hiver vient, et la planète se meurt.

Et comme Nestlé, elle n’en a rien à foutre.

Par défaut

4 réflexions sur “Le Forum des Indécents

  1. Wouaah !! En effet.. pathétique….
    ça me rappelle tellement quand je me suis retrouvé je ne sais trop comment au G21 Swisstainability Forum …. qui il y a 2 ans était au même endroits…. et je vois que la madame des jus Opaline est toujours caution officielle de ce qu’il est génial de faire…. que Sophie Swaton tente toujours de surfer sur la vague du Revenu de Base Inconditionnel en proposant sa version qui n’a rien du tout d’inconditionnel… donc qui n’a rien à voir… elle veut juste avoir le droit de décider à qui elle peut Fondation Zoein)…

    Au G21 on parle écologie tout en buvant du café Nespresso… Nespresso étant un des sponsors principaux… le grand chef de Nespresso annonce que c’est génial tout ce qu’il fait dans l’écologie… toutes ces capsules alu à recyclers et ce marc de café qu’on peut composter ! … moi je me marre… je bois pas de café… donc t’arrivera jamais à réduire ton empreinte écologique autant que moi dans ce domaine !

    Parler d’écologie dans une salle sombre et éclairée artificiellement… avec 2-3 arbres posé pour rappeler qu’on parle bien de nature… voilà le cadre…. Heureusement un valeureux a osé demander à ce qu’on ouvre les stores.. et qu’on éteigne la lumière… mais là c’est le bâtiment et sa domotique qui n’est pas d’accord… au nom de l’écologie.. faut économiser l’énergie .. réguler la température !!

    L’an dernier… à nouveau je me suis retrouvé au G21 je ne sais trop comment.. j’ai toujours des contacts qui arrivent à me refiler une invitation. La formule se voulait un peu plus participative…
    Mais quand les participants se montrent un peu trop alternatifs… et critiquent ouvertement le Business de faire du fric avec du greenwashing…. et que messieurs Ferrari (CONINCO, sponsor de l’événement) et François Vuille de l’EPFL (et membre de la clique de la Banque alternative qui n’a d’alternatif que le nom…) se fâchent qu’on puisse remettre en cause la notion d’intérêt et ses exponentielles cachées qui sont responsables de la destruction des ressources naturelles et de l’asservissement des peuples…. et bien quand ils se fâchent… et bien le forum participatif n’est plus participatif. On scindent le groupe… et on donne à Sophie Swaton le rôle de recueillir les doléances des alternatifs… pendant que « les vrais » acteurs de la transition écologiques discutent business entre eux…

    Cette année le G21 a été éclaté en plein de petits événements et atelier… tellement c’est plus crédible de rassembler les « leaders »… et par ce que c’est plus dur à infiltrer ? 😛

    … Je suis aussi allé à l’AG de la BNS cette année…. la direction a déjà pas aimé que Jean Studer le président du conseil de banque avait une cravate « verte » l’an dernier…. « on ne lui en tiendra pas rigueur »… et la salle rit… et quand on dénonce que la BNS ne respecte pas sa propre charte écologique… là.. personne ne dit rien… pathétique…
    On a vraiment pas la même vision du monde… mais malgré tout.. le monde change..

  2. Pingback: Forum des 100: la transition écologique entre «conscientisation» et dépolitisation

  3. Pingback: Forum des 100, la transition écologique entre «conscientisation» et dépolitisation | La Méduse

  4. Pingback: La transition écologique au Forum des 100 – Le blog de Raphaël Mahaim

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s