Actualité, écologie, Décroissance

La décroissance pour les Nuls

La « décroissance ». Un drôle de mot s’invite dans le débat autour de la Coronacrise. Il fallait avoir l’esprit critique plutôt bien réveillé pour écouter les bêtises de Frédéric Mamaïs dans la capsule « Alter Eco » sur les Matinales de la RTS. (19 mars 2020 à 7h43)

« Décroissance et coronavirus ne font pas vraiment bon ménage. Quand survient la crise, une minorité a de quoi se mettre au vert; d’autres se confinent dans leur appartement. D’autres, faute de choix, travaillent et s’exposent toujours aux risques. » 

Le mot-obus est largué : la décroissance. Comme si la situation actuelle de privations, de confinement, de panique et de pénurie pouvait se résumer à un concept d’écologie politique qui a 50 ans. Sous-entendre que nous vivons un épisode de décroissance, c’est confondre atterrissage en douceur vs. crash aérien, mélanger caresse érotique vs. mandale de Jean-Paul Belmondo, ou penser qu’un jeûne volontaire à Crêt-Bérard équivaudrait à trois semaines de survie à la Brévine (sans biscuits militaires).

Les honnêtes travailleurs « faute de choix » que défend M. Mamaïs seraient-ils subitement esclaves d’un système néo-libéral ? Etrange paradoxe, vous ne trouvez pas ? Tandis que le capitalisme prône la libéralisation, le libre-échange et la liberté de jouir avec forfait illimité, tout à coup on se rend compte que des mecs sont obligés d’aller bosser pour sauver l’économie ?

Et au risque de vous mettre le nez dans le caca comme un matou castré qui a fauté contre l’armoire du salon, j’aimerais bien que le système néo-libéral prenne ses responsabilités face à cette crise sanitaire : qui a découragé les taxes sur le trafic aérien pour sauvegarder le tourisme ? Qui a mis sous pression les systèmes de santé pour encourager la rentabilité ? Qui a tardé à mettre en place des mesures drastiques de confinement pour sauvegarder l’économie ? Greta, peut-être ?

Je pourrais continuer la liste des errements du capitalisme (la crise des migrants et l’effondrement du cours du pétrole, on en parle ?), mais je sais qu’un débat partisan ne mènerait à rien. Dans le combat contre le coronavirus (et contre le réchauffement climatique, d’ailleurs), je ne pense pas qu’il y ait des purs et des mécréants. Nous avons un ennemi commun, et c’est le moment de croire à la diversité des moyens et la convergence des luttes. C’est donc une bassesse rhétorique, M. Mamaïs, que de comparer la crise actuelle avec un exemple de décroissance collectivement souhaité.

Quand vous sortirez de confinement et que vous pourrez de nouveau fréquenter une bibliothèque, vous emprunterez le Que Sais-Je : La Décroissance de Serge Latouche. En 125 pages, vous apprendrez que le projet de la décroissance est plus complexe que cuisiner des pâtes au Maggi en matant Chernobyl sur Netflix (en SD).

La décroissance, c’est « implicitement ou explicitement revenir à un niveau de la vie matérielle compatible avec la reproduction des écosystèmes » (p. 9). « La conception de la rupture d’avec la société de croissance, et donc la sortie du productivisme, peut prendre la forme d’un « cercle vertueux » de sobriété en 8 « R » : réévaluer, reconceptualiser, restructurer, relocaliser, redistribuer, réduire, réutiliser, recycler. Ces huit objectifs […] sont susceptibles d’enclencher une dynamique vers une société autonome de sobriété sereine, conviviale et soutenable » (p. 51).

Bien loin de « revenir à la bougie » et de manger du chou-rave bio dans des appartements froids, un système décroissant est tout à fait possible à condition d’imaginer une transition vers ce nouveau système, qui reste à conceptualiser, négocier et définir. Quel beau défi, finalement ! Avec optimisme, nous pourrions rêver une alternative (n’en déplaise à Karin Keller-Suter) à ce monde thermo-industriel, enchaîné à la logique du travail, gangréné par la compétition et pétri d’inégalités.

Frédéric Mamaïs, je suis bien navré de donner l’impression que je ne vous apprécie guère. En fait, je vous aime bien, et c’est juste que le confinement m’offre 5 heures pour vous rédiger une réponse, qui j’espère servira aux nombreux journalistes qui critiquent la décroissance en s’arrêtant au seul sens littéral. La lecture de Latouche éviterait bien des chroniques imprécises (p. 11) :

« S’il est indéniable que, pour tous les objecteurs de croissance, il faut retrouver une empreinte écologique soutenable, […] ne retenir qu’une conception littérale de la décroissance présente le grave inconvénient de permettre à ses adversaires de la délégitimer à bon compte. En particulier parce que se déclarer radicalement contre l’idée même de croissance, qui est pourtant un phénomène naturel, n’est plus seulement iconoclaste, mais franchement absurde. Il importe dès lors d’insister sur la différence entre les organismes naturels et l’organisme économique [c’est Latouche qui souligne], qui n’a rien de naturel et qui prétend échapper au déclin et à la mort, ainsi qu’aux conséquences de son insertion dans l’écosystème planétaire, et donc à la deuxième loi de la thermodynaique, la loi de l’entropie… »

J’ose rêver que les élèves en train de subir l’école à distance pourront se renseigner sur le problème des limites planétaires et de l’effet rebond. Après avoir saisi ça, un enfant de 10 ans peut comprendre que notre système est intenable. J’espère aussi que les enseignants de français mettront les bouchées double en analyse argumentative, pour armer les citoyens de demain à pourfendre les paralogismes (qui suivent la courbe des cas diagnostiqués).

L’argument d’autorité, par exemple : vous citez Paul Ariès dans votre chronique-vidéo. En premier lieu, Paul Ariès n’est pas le seul maître à penser du mouvement de la décroissance; s’il se refuse à vouloir « ni plan de relance, ni plan de rigueur », c’est bien parce que nous sommes au plus fort de la crise : comment faire des pronostics sur l’évolution de la situation économique, dès lors qu’on ne sait même pas si ma grand-maman pourra sortir de chez elle la semaine prochaine ?

L’homme de paille, ensuite. Vous vannez Extinction Rébellion et le tweet vengeur contre les boomers. Mais mettez-vous à leur place : comment résister à cette brillante métaphore d’un virus qui purifie l’air chinois, cloue les avions Swiss au sol, épargne la jeune génération et tue les vieux ? Quand vous vivez continuellement la frustration de la lutte écologique se brisant face aux murs du pouvoir, il est compréhensible (quoique regrettable) de se laisser aller à un peu d’humour noir.

Le faux dilemme, enfin : vous recourez au bon vieil argument du Capitalisme Sauveur, celui qui a permis « de sortir un demi-milliards d’êtres humains en une génération […], de faire émerger la scolarité, l’éducation dans des pays jusqu’ici laissés pour compte« . C’est ignorer à quel point les mouvements sociaux du XXe siècle ont dû batailler ferme pour sauvegarder les communs; c’est occulter l’indigne néocolonialisme industriel dans les pays du tiers-monde; c’est passer sous silence l’idée que le « progrès » amène du bon ET du mauvais. Avec le progrès, on fait des meilleurs traitement contre le cancer ET on délocalise la pollution en exploitant les terres rares de Mongolie.

Vous terminez avec une question rhétorique : « Privés d’école buissonnière, les élèves grévistes appelés à la rescousse par Greta Thunberg entendent cette injonction : poursuivre la lutte sur les réseaux sociaux ! Jeunes, moins jeunes, que serions-nous finalement en ce moment sans les géants numériques et notre connexion Internet ? »

Que serions-nous, effectivement ?
Oh, ce serait lamentable : nous serions en train de parler à notre voisin de palier à 2 mètres de distance, nous resterions isolés à lire un roman dont on repousse la lecture depuis 3 mois. Nous serions en train de paresser, dessiner, cuisiner, faire de la musique, méditer, rêvasser, jardiner et faire l’amour.
L’enfer sur terre…

Par défaut

Une réflexion sur “La décroissance pour les Nuls

  1. Pingback: Naïveté stratosphérique | Dans le rétroviseur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s