Choses politiques

Pénis, Hitler, Oxymore

La légende circule que tel billet de blog qui contiendrait des mots-clés très recherchés sur Internet pourrait attirer à lui un pourcentage important des recherches effectuées sur Google. Beaucoup de blogueurs s’en servent en rédigeant un ou deux billets-prétextes qui contiennent un dizaine de mots cochons, pour ainsi faire exploser leurs statistiques.

Comme par exemple: bite, couille, nichons, suce-moi royalement, petite brunette en train de se faire défoncer la chatte, éjaculation faciale sur les lèvres purpurines de la duchesse en manteau de soie.

Le procédé est plutôt séduisant. Mais je ne comprends pas pourquoi la majorité des blogueurs se limitent à rameuter les internautes en quête de détails croustillants. On pourrait tout aussi bien vouloir attirer les intellectuels spécialistes en littérature française avec: Baudelaire, Mallarmé, Proust, métaphore, oxymore, anacoluthe, antanaclase, litote, euphémisme, alexandrins…

Dans le même ordre idée, on pourrait vouloir ameuter les écologistes et défenseurs des énergies « vertes » avec : protection, ozone, environnement, écologie, développement durable, 4×4, Nicolas Hulot…

Ou alors les extrêmistes de droite: Hitler, combat 18, nazi, néo-skin, IIIe Reich…

Ce qui peut être très intéressant, c’est d’attirer deux publics différents en même temps; par exemple, si l’on souhaite s’attirer les faveurs des obsédés sexuels et des spécialistes de littérature, on obtient quelque chose comme: Proust, « prout », aubépines en fleurs, pine dans le cul, Apollinaire, douze milles verges, métaphore, méga-bite bien profond dans ton cul.

En somme, ce genre de billet témoignerait d’une manière de penser révolutionnaire: jusqu’ici, les obsédés sexuels se limitent aux sites pornographiques, tandis que les philatélistes ont « timbre.com » dans leurs favoris. Mais en provoquant la rencontre d’individus aux intérêts différents, l’Internet tiendrait enfin sa promesse de rencontre culturelle, de média global et partagé.

De fait, le futur appartient aux intellectuels qui pourront parler de double-pénétration (et de hardeurs qui pourront disserter sur Proust).

Par défaut