écologie, Choses politiques, Décroissance

Jean-François Thuillard, épouse-moi !

Cher Jean-François Thuillard,

C’est avec un plaisir presque coupable que j’ai lu avec sensualité votre billet d’opinion dans le 24Heures du 12 septembre 2019. Si je devais déclarer ma flamme à un candidat aux fédérales, ce serait vous; vous avez su réveiller mes ardeurs d’ancien professeur de français, vous avez su attiser mon goût pour débusquer les paralogismes, vous avez fait saliver mes glandes rhétoriques. Je vote d’habitude plutôt à gauche, mais j’envisage de réviser ma position (et d’autres positions, du coup) depuis que j’ai été séduit par votre plume. Permettez-moi d’y revenir comme chat sur braise, comme une caresse sur l’art de convaincre, comme une oeillade argumentative. Mais d’abord, je cite : 

Quelle admirable trouvaille de citer un grand homme comme Clémenceau – souvent employé, il est vrai, pour critiquer le néo-libéralisme (« L’économie est une chose trop sérieuse pour être confiée aux économistes »). Avec ce paradoxe provocant, vous frappez fort, vous frappez juste : on voit tout de suite que votre billet est surtout une boutade, un hommage burlesque au travail d’argumentation, et que vous allez probablement dire de grandes choses sous le couvert du n’importe quoi. J’adore ça. 

En cette période préélectorale, il ne se passe pas un seul jour sans que la presse n’évoque les dangers qui pèsent sur la nature et l’importance d’agir dans ce domaine. Il ne fait aucun doute que la nature et notre environnement sont des affaires sérieuses, mais nous, les agricultrices et agriculteurs, n’avons pas attendu que les Verts et les écolos les instrumentalisent politiquement pour nous en rendre compte.

Oui ! C’est ça ! Vous mettez le doigt sur une injustice crasse : les écologistes s’arrogent le droit de faire de la nature le centre de leur campagne, alors qu’ils pourraient se limiter à la fiscalité des entreprises ou le financement de l’AVS. C’est un peu comme si la gauche se permettait de parler de socialisme. Où irions-nous ? De plus, en qualifiant « d’affaire sérieuse » (c’est moi qui souligne) la problématique climatique, vous montrez que vous avez saisi avec toute la conscience nécessaire les problématiques d’effondrement de la biodiversité, d’emballement du réchauffement et des réfugiés climatiques. Pour vos prochaines interventions, je vous propose d’autres adjectifs, qui englobent encore mieux les choses : « la nature et notre environnement sont des affaires pertinentes / intéressantes / intrigantes / cela mérite qu’on s’y arrête… » J’ai d’autres suggestions que je pourrai vous faire sur le bord de l’oreiller.  

Pour s’offrir une légitimité dans ce débat, de nombreux activistes du climat – dont l’écrasante majorité est incapable d’affirmer si les oreilles des vaches sont devant ou derrière leurs cornes – ont jeté l’opprobre sur le monde paysan.

Oui ! Encore oui ! Vous avez raison de citer une étude extensive avec un chiffre clair quant à cette « écrasante majorité ». Et l’exemple est parlant : je suis moi-même fils de paysan, et j’ai constaté que je ne savais pas si les oreilles des vaches étaient devant ou derrière leurs cornes (j’ai vérifié depuis – elles sont légèrement derrière) : 

Savoir où sont positionnées les oreilles des vaches : voilà à quoi on reconnaît un véritable défenseur de la nature.

Je propose même de dénoncer tous les spécialistes du GIEC qui ne sauraient pas répondre à la question. En fait, ça devrait devenir le critère d’admission au parti écologiste. De la même manière, on devrait vérifier que les enseignants de français connaissent bien la date de naissance de Victor Hugo, on devrait obliger les commentateurs sportifs à connaître les prénom des enfants Beckham, et on devrait s’assurer que les cuisiniers sachent si on dit LE ou LA Nutella. Certains fâcheux pensent qu’il s’agit là de détails, mais le diable est dans les détails, et je vois mal comment on pourrait parler de réchauffement climatique sans connaître des éléments évidents d’anatomie bovine. CQFD, mister Thuillard. Bim !

[Les activistes du climat] accusent les agriculteurs de maltraitance animale, ils dénoncent les méthodes de production et hurlent à l’empoisonnement des nappes phréatiques. Nombreux sont celles et ceux qui nous expliquent comment nous devons nous occuper de nos exploitations agricoles mais peu, en ces mois d’été, étaient dans les champs ou sur les alpages pour mettre en pratique ce qu’ils sermonnent le reste de l’année dans les médias.

Oui ! Ja ! Yes ! You nailed it, Jean-François ! C’est le coeur du problème, ça : les écologistes sont contre l’agriculture parce qu’ils parlent d’empoisonnement et se mêlent de ce qui ne les regardent pas. Est-ce que je vais ennuyer mon oncologue avec des considérations sur les cellules du pancréas, moi ? Est-ce que j’inquiète les journalistes en relevant que leurs données ne sont pas fiables ? C’est tout de même dingue que des citoyens lambdas s’ingèrent dans des problèmes de nature, alors que les paysans sont les principaux protecteurs de la nature. Si la nature a besoin de glyphosate, qui mieux qu’un agriculteur pour la lui donner ? Certainement pas ces bobos qui vont en vacances au Costa Rica, bon sang !

De plus, vous dénoncez un scandale explosif : ces écolos ne sont pas dans le champs ou les alpages. Comment peut-on croire défendre la nature si on ne s’y trouve pas ? Hein ? Hein ? Ça tombe sous le sens ! Est-ce que Gandhi aurait pu défendre l’Inde depuis l’exil ? Est-ce que Martin Luther King aurait pu mener ses actions sans aller à Selma ? Pour défendre la nature, il faut se trouver sur place. Voilà qui fait du sens. Le bon sens (je crois que c’est votre autre slogan de campagne, « le bon sens à Berne ». Wow. Puissant, simple, efficace. On dirait un slogan de Steve Jobs).

Alors qu’il était député, Georges Clemenceau avait affirmé que la guerre étant (sic) une chose trop grave pour être confiée à des militaires. Il en va de même aujourd’hui avec les activistes et donneurs de leçons du climat. La nature est une chose trop grave pour être confiée aux écolos.

Si l’on passe une petite coquille, c’est un coup de maître rhétorique, Jef (je peux vous appeler Jef ?) : sous une tournure des plus subtiles, vous expliquez bien qu’il y a une urgence climatique à prendre dans toute sa mesure. Nous sommes en état de guerre contre le climat, contre la nature, les ouragans, les tsunamis et les cyclones qu’elle nous envoie. La nature est une chose trop grave. Depuis le début. Elle n’est pas ce paradis qu’on nous vante; elle n’est pas cet Eden équilibré, vanté par les apôtres de la permaculture. La nature est un monde hostile, sauvage, suintant la loi de la jungle et la barbarie. Vos mots me donnent envie de folâtrer avec vous sur une couverture militaire pour un pique-nique crapuleux, tiens. Nous serions bien, dans une petite monoculture de luzerne sans insectes fâcheux, à butiner nos corps huilés de colza en production intégrée, avec un petit Don’t Stop Me Now diffusé par une Boom-Box solaire… Râaaah lovely. 

En effet, depuis la nuit des temps, des hommes et des femmes cultivent la terre au gré des saisons. Les agriculteurs mettent en terre les semences, puis veillent sur les champs et en prennent soin jusqu’au moment de la récolte et ils recommencent cette opération depuis des millénaires afin de nourrir nos communautés avec le fruit de la nature. Aimer la terre et la nature n’est pas un passe-temps de bobos mais un art de vivre qui nous oblige à l’humilité. On est loin des théories toutes faites et des «yakas» lus ou entendus dans les médias.

Oui ! More of this ! Invoquer l’agriculture de ces 13 derniers millénaires (elle serait apparue vers -10’000) pour défendre l’agriculture de 2019, c’est un coup de génie : c’est bien la preuve que nos ancêtres savaient utiliser les phosphates, savaient doser les azotes et savaient gérer les pesticides mieux que personne, avec humilité et abnégation. Vous résumez à merveille le travail d’un paysan : mettre en terre la semence, veiller sur les champs et en prendre soin. Voilà le plaisir simple et le geste auguste du semeur contemporain, dans une caresse subtile du labour laissé par une quatre-socs.

En Suisse, les normes pour l’exploitation agricole sont parmi les plus sévères du monde. Elles visent à la fois la qualité des produits, le bien-être des animaux et le respect de la nature. Les agricultrices et agriculteurs suisses se conforment à toutes ces normes et n’ont jamais relâché leurs efforts avec la mise en place, sur chaque exploitation, de nombreuses mesures en faveur de la biodiversité.

Oui ! Trois fois oui ! Les normes écologiques suisses sont suffisantes. La preuve par mille

Les agitateurs du climat ne peuvent survivre politiquement qu’en agitant la peur au sein de la population dans le but de donner du sens à leurs théories. Se faisant (sic), ils induisent le doute chez les consommateurs et poussent une partie de ceux-ci à se tourner vers des produits importés. Ainsi, au nom de la défense du climat, on favorise les produits issus d’une agriculture moins normée que la nôtre et qui ont traversé les océans à bord de cargos qui avancent au fioul lourd.

Bon mon petit Jef, là j’avoue que j’aimerais corriger la petite coquille du début de la deuxième phrase. Probablement un coup monté de la rédaction. Ça n’enlève au rien au génie de ce paragraphe : ces Cassandre qui appellent à la peur n’auront pas notre peau, Jean-François. En tant qu’UDC, nous sommes rompus à cette stratégie; nous resterons sourds aux sirènes des collapsologues; nous demeurerons de marbre face aux rumeurs de l’effondrement !

Tu mets le doigt – on peut se tutoyer, en tant que fils de cul-terreux, non ? – tu mets le doigt, disais-je, sur un paradoxe effarant des écolos-bobos : ceux-là même qui fustigent notre bonne paysannerie sous prétexte de défense de l’environnement, ces bougres de traîtres à la patrie… Eh bien, ce sont les premiers à servir du quinoa du Pérou sur leurs buffets véganes; ce sont les seuls à prendre l’avion avec des compagnies étrangères; ce sont les plus farouches défenseur des républiques bananières du Brésil, se nourrissant exclusivement de tofu trafiqué et de lait d’amande en brique de supermarché. 

Saint Jean-François, ton billet doit ouvrir les yeux des masses populaires qui ignorent encore le complot écologiste qui se trame sous la pression des lobbys verts. À bas ces éco-fascistes qui nous poussent à consommer ! Haro sur ces activistes qui nous poussent à remplacer la croissance par du développement durable. Oui, car je vois très bien où tu veux en venir, mon petit Jean-François. Sous tes airs sages de politicien mesuré, la voie que tu traces pour l’humanité, c’est celle de la décroissance. 

La défense de la nature, il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui la pratiquent

Pratiquons ensemble, Jef. 
Je t’attends.

Par défaut

Une réflexion sur “Jean-François Thuillard, épouse-moi !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s